TOP SITE
Pensez à voter régulièrement!



 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 
avatar
Musée de l'Orangerie
Messages : 10
Baguettes en sucre : 1
Date d'inscription : 18/03/2018
Age : 26
Nom de l'avatar : Brian H. Whittaker (hearttaker ♥_♥)
20/20 en bon p'tit boule
DC : Oleksander, Delilah, (Cherry,) Grace, Alex
❖ ❖ ❖ ❖
MessageLes Rubiks Cube ne sont pas des jouets. >-< | Dim 18 Mar - 9:45


Alexander Francés Rosario-Ruben
ft. Anthony White

Âge : 26 ans.
Nationalité : Espagnol.
Race : Sorcier.
Statut du sang : Sang-Pur.
Famille souhaité : J'aurais dit Obéron car j'ai personne là-bas mais je commence à penser que ce gars pourrait aller crécher n'importe où. x)



Carnation : Mate.
Taille : 188 cms.
Corpulence : Fin comme un couffin.
Cheveux : Bruns.
Yeux : Bleus.
Signe(s) distinctif(s) : Plusieurs tâches de naissance qui lui donnent un air de dur à cuire tatoué et le mettent hautement inconfortables.



Manie et Habitudes : Le jeune espagnol n'avait que deux passions dans la vie : la méthodologie (et une petite brunette dont il ne devait pas prononcer le nom). La première, il connaissait : son lit était placé exactement à 2,57 mètres de la porte d'entrée et à 60° de la fenêtre; ainsi, la brise qui lui chatouillait le visage ne parvenait à faire claquer sa porte mais aérait en revanche le petit appartement miteux mais symétrique de Paris. Il avait marqué "clefs" sur ses clefs, "livre" sur son livre, et "inutile" sur son espoir d'un jour rencontrer une autre forme d'intelligence supérieure.

Découverte des pouvoirs : Alex racontait à quiconque voulait bien lui poser la question que sa super intelligence lui avait permis de savoir depuis sa plus tendre enfance qu'il était spécial. Ayant été élevé dans une famille de sang-pur, il avait toujours connu la magie. Il se rappelait cependant que son premier acte d'héroïsme à l'encontre des assassins de la propreté : après une heure de rangement intensif de son parc (dans lequel les parents étaient obligés de le mettre, sinon quoi il se mettait à aligner les épices par rapport à la position du soleil), voici que son frère tente de le sortir ! Mais le pauvre petit garçon n'avait pas fini son ménage ! Alors pouf, il envoya sa couche (qu'il avait déjà enlevé tout seul, l'idée de quelque chose aussi sale qui reposait sur son popotin le dégoûter) voler sur la tête du frangin ! Fallait pas toucher les jouets de bébé !


Organisé
Intelligent
Raisonné
Perfectionniste
Discret
Prudent
Maniaque
Calculateur
Introverti
Étriqué
Individualiste
Colérique
Caractère :

Pas beaucoup d'argent, mais beaucoup d'analyse : c'était comme ça qu'il fonctionnait (la preuve : son animal de compagnie n'était qu'un simple marque-page. Beaucoup moins cher, et surtout beaucoup moins bruyant). Le bruit. Argh. En voilà un bien qui lui ferait pousser des cris. Heureusement, il ne traînait pas beaucoup avec lui. Il l'autorisait à peine, lorsqu'il griffonnait sur un morceau de page. Il était dépité. Il dessinait trop bien. C'était trop facile. Barbouillage. Il gagnait plus de temps penché sur des bouquins de physique cantique qu'à mirer son portrait. Il avait appris les économies accomplies par un peu de recyclage. Pas très dépensier, pas non plus très sociable. Le jeune homme l'avouait, il était agoraphobe. Etait-ce un défaut en société ? Non. Vivre heureux dans une société malade n'est pas un signe de bonne santé mentale. De temps en temps, il reposait sa tête dans les étoiles de son bouquin d'astronomie. Pfff. La Terre était le compost de la voie lactée.

Famille :

M. Rosario avait rencontré Mme Ruben lors d'un concours de salsa il y a plus de trente ans déjà. L'on pouvait dire qu'ils avaient tous les deux gagnés, puisqu'un mois après ils s'étaient fiancés et mariés. Toutes les semaines, la famille entière se devait de fêter cette réussite et se réunissait dans un bar à tapas (toujours le même, depuis trente ans ; les Rosario-Ruben n'étaient pas fan du changement). Le seul point dérangeant qu'Alex regrettait vraiment, c'était leur manie de changer de comportement en fonction de la musique qu'ils écoutaient. La sonnerie de tous les téléphones avait été réglé sur "Bamboleo" (les espagnols prenaient d'avantage de plaisirs à vivre à la moldu) et le portail magique chantait du "Despacito" à toutes les occasions (n'ayant jamais eu la chance d'apprendre les paroles, il se contentait de crier "suck my churro" à tout va ; n'achetez pas chinois). Mis à part l'inceste musical et le déhanché spectaculaire de sa grand-mère de 82 ans, Alex n'avait pas grand chose à raconter sur sa famille. Son grand-frère et sa grande soeur étaient des gens tout à fait normaux, avec cela dit un goût trop prononcé pour la paella (le prononcer paéla, c'était déclencher une bombe). Mais bon, il les aimait quand même... Modérément.

Baguette : La baguette d'Alex le trahissait bien ; c'était en tout cas ce que rétorquaient tous les spécialistes qu'il avait consultés. Frêne épineux extrêmement rigide à coeur de corail blanc ? Vingt centimètres à peine pour quelqu'un d'aussi grand ? Alex savait pertinemment ce que tout cela signifiait, mais il n'avait aucune baguette au monde qui saurait autant le combler. D'un style épuré, sa pâleur l'avait tout de suite attirée. Même son coeur en corail reflétait la pureté et la propreté de l'objet (il la polissait à chaque instant où ses doigts n'étaient occupés). Elle était fine et semblait dès lors presque s'écouler entre ses doigts, mais sa rigidité était irréelle. Cette description traduisait souvent une déficience dans la personnalité du sorcier, sans capacité aucune d'un jour s'accommoder au changement, blablabla... Il aurait pu le réciter par coeur. Tant pis ! Être nombreux à avoir tort ne leur donnait pas raison. Et elle était si belle, de toute façon...
Scolarité : A première vue, Alex n'avait rien de quelqu'un de très embêtant. Et c'est vrai qu'il avait d'avantage tendance à grogner dans sa barbe quand quelque chose le dérangeait au lieu de brûler tout le monde comme il l'imaginait dans sa tête. Peut-être pas le meilleur élève mais sûrement le plus propre, ses copies étaient toujours impeccables et il était le seul à laisser la douche plus propre qu'avant d'y rentrer. Il n'avait pas eu de problème à se faire aimer par ses professeurs, et il se contentait d'asperger les élèves qu'il n'aimait pas de parfum quand ils avaient le dos tourné. Survivre les cours de sport quant aux arbustes pleins d'hormones qui l'accompagnaient n'avaient jamais été facile, mais il n'y avait rien qu'une dispense en carton ne pouvait soulager ! Qui voulait passer ses samedis à transpirer contre l'herbe fraîchement coupé ? Trier les bouquins de la bibliothèque alphabétiquement le passionnait d'avantage (et il ne parlait pas du code-couleur qu'il avait instauré quant au rangement des chaussettes sales qui traînaient dans la salle conviviale). Son petit coin au paradis, c'était tout ce qu'il voulait ! Pas avoir à javelliser de vieux caleçons troués !
Sa plus grande honte : Avoir porté des couches jusqu'à ses cinq ans (et ne pas avoir été autorisé à en porter à six).
Sa plus grande fierté : Avoir réussi à dompter ses cheveux.
Son plus gros chagrin : Avoir entendu que des gens ne se nettoient pas les pieds (parce que "ça prend déjà l'eau sous la douche").
Sa plus belle histoire d'amour : L'odeur du talc pour bébés le rend fou amoureux.
Son plus beau cadeau
: Son étiqueteuse avec laquelle il dormait depuis ses trois mois.
Sa plus grande joie : Travailler dans un musée où l'art est nouveau et les sols étincelants.

Et vous alors?

Pseudonyme : Vi.
Prénom : Celui-Dont-On-Ne-Doit-Pas-Prononcer-Le-Nom.
Âge : 17 ans.
Commentaire : Commenterreau ! Loule !


Dernière édition par Alex Rosario le Dim 18 Mar - 10:21, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Musée de l'Orangerie
Messages : 10
Baguettes en sucre : 1
Date d'inscription : 18/03/2018
Age : 26
Nom de l'avatar : Brian H. Whittaker (hearttaker ♥_♥)
20/20 en bon p'tit boule
DC : Oleksander, Delilah, (Cherry,) Grace, Alex
❖ ❖ ❖ ❖
MessageRe: Les Rubiks Cube ne sont pas des jouets. >-< | Dim 18 Mar - 9:45



BRIBE D'HISTOIRE
L'histoire d'un chupacabra pas comme les autres
Les repas de famille étaient tous d'une manière générale longs et ennuyeux. La famille Rosario continuait d'apporter toutes les cinq minutes un nouveau plat de paella (en s'écriant "PAELLA"), tandis que le reste des Ruben tentait de contenir leur ventre qui menaçait d'exploser. Les conversations, supposées animer le repas, ne pouvaient être décrites autrement que par le mot "gênantes". Alex détestait ces moments, où il devait rester assis silencieusement sans pouvoir utiliser toutes les trois secondes son gel désinfectant "mais peut-être que tu viens de te toucher tes parties génitales" que son oncle, Ruben Ruben, lui avait offert lors de son dernier voyage en Angleterre.

« ...Tou sabes, Alej, les cléditèsse para tu inversión... » Déblatérait la grand-mère dans un mi-français mi-espagnol approximatif. Quant à lui, Alex (qu'elle surnommait Alej, comme à son habitude) mourrait d'envie de lui faire signaler qu'elle avait un reste de pollo qui se balançait dans ses cheveux comme s'il attendait d'être sauvé par Tarzan... Il croisa le regard de sa mère et baissa la tête, ne pouvant supporter cette vision d'horreur une seconde de plus. Heureusement (ou pas), le téléphone sonna et transforma son cauchemar... En un autre cauchemar. Dès lors, la sonnerie retentit.

« BAMBOLEOOOOOOOOOOOO, BAMBOLEEEEEEE-A ! » Aussitôt attrapé par ses cousins Rosario, le gamin se retrouva en deux temps trois mouvements enseveli sous une pluie de paella (qui devaient être dans l'imagination des énergumènes, de biens beaux feux d'artifices). Le jeune homme ne pouvait s'empêcher d'être abasourdi et dépité à l'idée de ramasser les grains de riz un par un à la main, sachant très bien que sa famille se contenterait de les entasser dans les vases ou sous les tapis.

Pourquoi personne ne pensait donc jamais à changer cette maudite sonnerie ? Et à répondre au téléphone ? Le brun y serait bien allé par lui-même, mais son père qui avait mis la main dans le poulet pour le faire danser avec eux semblait l'avoir pris en otage. Il. Détestait. Les. Repas. De. Famille. Et à cause d'elle, il détestait Bamboleo aussi.

   


Dernière édition par Alex Rosario le Dim 18 Mar - 12:12, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Musée de l'Orangerie
Messages : 10
Baguettes en sucre : 1
Date d'inscription : 18/03/2018
Age : 26
Nom de l'avatar : Brian H. Whittaker (hearttaker ♥_♥)
20/20 en bon p'tit boule
DC : Oleksander, Delilah, (Cherry,) Grace, Alex
❖ ❖ ❖ ❖
MessageRe: Les Rubiks Cube ne sont pas des jouets. >-< | Dim 18 Mar - 9:45



L’ÉPREUVE
un coco pas tonto
   Alex se tenait, face aux répartis, son gel désinfectant dans sa main gauche tandis qu'il était censé boire une potion dans de l'argenterie suspicieusement propre. C'était ça, la répartition ? Boire dans un gobelet sans en renverser sur ses vêtements ? Boire dans le même gobelet que les autres ? Ah ça non. Autant se faire renvoyer et finir concierge dans une école de magie étrangère. Plutôt être renié et ne plus jamais avoir le droit de goûter à cette délicieuse paella (au moins, il ne serait plus obligé d'écouter "bamboleo" encore et encore)... Il était très dubitatif quant à l'hygiène de sa nouvelle école, mais il n'avait plus trop le choix ; il avait déjà demandé un nouveau verre six fois, et quand bien même les fondateurs pouvaient claquer des doigts et faire luire son gobelet, cela ne le faisait pas se nettoyer. D'un trait, les yeux fermés, Alex en but le contenu. Les effets furent immédiats. Le garçon en tomba à la renverse, partant dans un sommeil profond bien avant de toucher le sol.
***
Tu ouvris progressivement les yeux. Ta première vision ? Un champ de bataille. Mais plus important : par l'amour des brosses à dent de Morgan, que faisais-tu allongé sur le sol ?! Tu te relevas aussitôt, cherchant la douche la plus proche ou bien un peu d'alcool afin de faire brûler tes vêtements. Rien. Mis à part une horde de sorciers à l'air moins intelligent qu'un sac de rochers. Et une silhouette gisant sur le sol. De beaux cheveux identiques aux tiens tombaient en rafale dans son dos. Etais-tu mort ? Assistais-tu à ta propre agonie ? La silhouette était trop familière pour être vrai. Tu te rapprochas d'elle, cachant tes mains pleines de poussières sous tes manches afin d'être sûr de ne pas être contaminé par on ne sait quel virus elle pourrait avoir attrapé. Mais la silhouette que tu regardais n'était pas la tienne. C'était celle de ta soeur, ta soeur adorée, celle qui te rendait toujours ton gel anti-bactérien quand ton grand frère s'amusait à le cacher. Tu fouillas dans tes poches, mais rien. Toi qui étais si prévoyant, où avais-tu la tête ? Les ennemis n'étaient plus bien loins, et connaissant les riches enrichies en sodium de ta soeur, tu doutais de ne serait-ce que pouvoir la soulever sur le sol. Tu tapotas son front amicalement, pris le temps de remettre son corps dans une position correcte, ses cheveux se reflétant à la lumière du jour. Quitte à mourir, autant mourir dans les règles. Fier de toi-même mais pas suffisamment pour oublier le sang sur tes vêtements qui te donnaient envie de courir acheter de la lessive Petit Canard, tu t'engouffras dans la seule issue possible, les larmes aux yeux à l'idée de te mettre de la terre sur ce qui te restait de vêtements. C'était bien à contre-coeur que tu t'étais faufilé dans le labyrinthe, et maintenant que la voie paraissait sûre, tu voulais ressortir. Malheureusement, à l'évocation de cette pensée, les branches te barrèrent le passage. Tu n'allais quand même pas risquer de te casser un ongle (tu venais de les couper hier), alors tu acceptas ton destin et continuas ton chemin. Cela grognait derrière toi, alors tu accéléras le pas. Tu te promis de revenir une fois que tu serais admis afin de ratisser ce passage ! Franchement, Beauxbatons devait avoir des oursins dans les poches pour ne pas être fichu de se payer un jardinier... Les voix devenaient de plus en plus fortes. Pleurant à chaude larmes, tu te frottas au lierre épineux qui recouvrait les parois du labyrinthe pour éviter les monstres qui menaçaient de te manger en cassoulet - et tu n'étais pas réellement un fan du cassoulet, pour être honnête. Tu recommenceras l'opération plusieurs fois, ne pouvant plus cacher tes sanglots afin d'entrevoir une once de lumière. Elle était blanche, pure ; elle t'appelait. Tu séchas vite tes larmes et utilisas tes dernières forces pour te hisser jusqu'à elle. L'entrée dans cette pièce te procura une vague de chaleur dans ta poitrine. Cette sensation de bonheur fut cependant arrêtée par la vision du corps de ta soeur, à moitié dévorée. Ses organes étaient à découvert et ses vêtements déchiquetés ; de la position dans laquelle tu l'avais placée il ne restait plus que ses yeux fermés. Ce n'était pas ta faute ! Tu ne pouvais la sauver ! Elle était sale et... Elle était sale ! Et elle allait mourir, de toute façon. Elle aurait été tué dans le labyrinthe sinon. Avec un peu de chance, elle était décédée avant de servir de mets à des hordes enragées... Tu cherchais ta respiration, mais elle ne semblait plus venir. La pièce devenait beaucoup trop chaude à ton goût, et tu te mettais à transpirer tes dernières ressources d'eau. La pièce se teintait dès à présent de noir. Tu détestais. Tu te détestais. Pourquoi étais-tu comme ça ? Pourquoi n'avais-tu pas sauvé ta soeur ? Tu étais un être humain absolument horrible. Elle aurait donné sa vie pour toi, et tu ne pouvais même pas la toucher du bout de tes doigts ?! Tu revis tout ce qui clochait en toi, tous les souvenirs que tu avais réussi à oublier, tous les gens qui t'avaient toujours détesté... Tu étais un raté. Tu étais un fou. Tu aimerais être parfait ? Tu n'étais que lâche, peureux, écervelé. Et même toi, au fond, tu le savais.
Cela faisait une minute déjà que tu n'avais pas repris ta respiration. Tu sentis la douce étreinte de la mort, qui n'attendait plus que toi. Tu n'avais qu'à fermer les yeux... Tu n'aurais plus jamais à les rouvrir... Plus jamais à affronter ce monde... Tu ne parvenais plus à lutter. Tes paupières se baissèrent, et tu dis adieu à ce monde qui n'avait jamais pu te tolérer.
***
Tu crus te retrouver à nouveau dans ce maudit champ de bataille, quand tu sentis la pierre froide contre toi. Tu n'avais même pas ouvert les yeux tandis que tu cherchais du bout de tes membres frigorifiés ta soeur. Tu avais peut-être été donné une chance de tout recommencer ? Ton regard se leva, en même temps que toi, sur l'assemblée qui t'entourait. Tu n'étais pas seul, et tu te promis à ce moment-là que tu ne le serais plus jamais.

   
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Le Louvre
Messages : 38
Baguettes en sucre : 1
Date d'inscription : 17/03/2018
Nom de l'avatar : Vanja Jagnic
DC : Fran', Oks, Lys.
❖ ❖ ❖ ❖
MessageRe: Les Rubiks Cube ne sont pas des jouets. >-< | Dim 18 Mar - 12:41


BABE ! Love Love Love Love Love Love Love Love Love Love Love Love Love Love Love Love Love Love Love Love Love Love Love Love Love Love Love Love Love Love Love Love Love Love Love Love Love Love Love Slup Slup Slup Slup Slup Slup Slup Slup Slup Slup Slup


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Famille Merlinois
Messages : 153
Baguettes en sucre : 16
Date d'inscription : 14/01/2017
❖ ❖ ❖ ❖
MessageRe: Les Rubiks Cube ne sont pas des jouets. >-< | Dim 25 Mar - 15:16


Fini ! :D


♕ eat pussy not animals you damn div ♕
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Famille Le Fay
Messages : 5
Baguettes en sucre : 0
Date d'inscription : 05/03/2017
❖ ❖ ❖ ❖
MessageRe: Les Rubiks Cube ne sont pas des jouets. >-< | Dim 25 Mar - 20:32



RÉPARTITION
La répartition a sonnée
   
L'épreuve venait de s'achever. Au sol, se trouvait le corps tremblant du jeune garçon qui se remettait à peine de ses émotions. En cercle, les quatre fondateurs se jugèrent du regard. Qui d'eux, allez accueillir l'espagnol dans leur famille ? Titania et Merlin restèrent en retraits laissant la place à Obéron et Morgane qui s'avancèrent vers l'élève.  La salle était silencieuse. Les élèves retenaient leur souffle.

Fayens ou étoiles,
L'un ne saurait faire la différence.
Tissant sa magnificente toile
Il ne succombe que rarement à la clémence.


Le jugement était rendu. D'un pas élégant, elle aida le garçon à se relever sans lui décrocher un regard. « Bienvenue dans la famille des Fayens. » Elle lui effleura la joue du pouce, essuyant le reste d'une larme. « Pour les prochaines années, nous serrons ta famille. La route serra longue avant que tu ne trouves ton talent mais tu ne serras pas seul. Ne te laisse pas guider par les sentiments superficiels ou influencé par la situation. Ton esprit analytique sera ton allié. Mais ne perds pas ton objectif de réussite. » Morgane l'entraîna à sa suite vers sa table. «  Les apparences sont trompeuses et ton cœur est assoiffé d'amour. » Elle posa sa main sur le dite cœur. « Un jour ce manque sera comblé ». C'est dans un mouvement de robe sophistiquée, qu'elle laissa le nouveau repartit avec ses élèves. Tu es encore jeune, mais tu comprendras qu'un jour l'amour n'est pas une faiblesse. Bienvenue parmi nous Alexander. Cette cérémonie se conclu par un tonnerre d’applaudissement.





   
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
❖ ❖ ❖ ❖
MessageRe: Les Rubiks Cube ne sont pas des jouets. >-< |


Revenir en haut Aller en bas
 
Les Rubiks Cube ne sont pas des jouets. >-<
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les VIP / Qui sont-ils vraiment ?
» Récupérer sont mot de passe
» Quels sont vos plugins pour Firefox
» Ou sont les gpx
» Garmin zumo 550 - Où sont les cartes sur le Mac ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
BES-BBS :: Le Commencement :: Gestion de ton personnage :: Alex Rosario-
Sauter vers: