TOP SITE
Pensez à voter régulièrement!



 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 
Gabriel Donatus
Fantôme
Nom de l'avatar : Tom Hiddleston
DC : Livia Latulipe
❖ ❖ ❖ ❖
MessageRencontre peu commune entre deux êtres... hors du commun / Adam | Rencontre peu commune entre deux êtres... hors du commun / Adam EmptyDim 14 Avr - 21:48



~ C'est le moment de vérité.... et le moment de mentir.~  


Je n'ai jamais dit que je me poserai en un lieu et y attendrai pour toujours. Ressassant mes victoires au goût devenu acerbe et regrettant mes échecs les plus lamentables. Ou aurait-ce été l'inverse ? Est-ce que j'aurai ressassé mes échecs rédemptoires et regretté plutôt mes plus atroces victoires ? Peu importe, vous me direz, le résultat fût le même dans les deux cas. Oui, je reconnais ne pas avoir fait beaucoup de chemin ces dernières années. Et c'est ce que toute personne m'ayant observé ces quelques dernières années aurait pu affirmer. Mais, évidemment, ce ne fût pas le cas, je ne fûs en aucun cas suivi. Je fûs, comme tant d'autres, un oublié de la guerre. Je n'ai pas reçu les honneurs, pas plus de titre posthume, mon nom n'est gravé sur aucune stèle, et ma dépouille même ne reposa dans aucune tombe.

Je n'ai jamais dit que je ne rentrerai plus à la maison. "Rentrer à la maison". Que cette phrase, prononcée par ma propre voix, sonnait étrange à mes oreilles. Voilà que je me mettais à penser à toutes ces âmes qui, à la fin des guerres, qu'elles soient "Grandes", ou qu'elles soient celles de Lord Voldemort, de Dumbledore, ou mêmes moldus, ne sont jamais rentrées à la maison. Je pensais et cela aurait dû me briser le coeur. Pourtant je ne ressentais rien. Ma poitrine restait vide. Ce n'était pas faute de faire l'effort d'essayer. Peut-être qu'après tout, le moment était mal choisi...? Il avait fallu que j'attende d'être mort pour tenter de devenir humain. Alors, cela était-il peut-être simplement trop tard ? Le combat était-il perdu par avance...? Non, non... Il ne pouvait en être ainsi. Il me fallait rester patient. Aller de l'avant. Réaliser ce pourquoi je me tenais là.

Plongé dans mes pensées comme je l'étais dans cette mer agitée, l'impasse du Tisseur me submergea. Cette maudite maison semblait vouloir m'engloutir. Contre toute attente, je tins bon. J'avais à faire. Mes résolutions avaient su se montrer plus fortes que cette irésistible et insaisissable attraction. Je fûs, en un sens, bien épargné par le destin, n'ayant pas réellement de maison. Bien que disposant d'une famille, je n'avais pas de foyer. Pas de famille à qui manquer. Car, dans leurs coeurs, ils m'avaient déjà perdu, déjà pleuré et enterré. Personne ne m'avait attendu. Personne, peut-être, n'avait même su... Et de la même façon, je n'attendais rien de personne. Excepté de vous, Adam. De vous, j'attends tout. Ma rédemption, tout d'abord. Pour le reste... Nous verrons plus tard.

C'est droit que je me tenais, malgré la tempête qui faisait rage. Malgré le vent, la pluie et les vagues qui venaient s'écraser avec force sur ce bout de rocher dans lequel vous êtes maintenu enfermé. Si j'avais lu dans La Gazette du Sorcier que vous étiez retenu ici, je ne savais pas exactement dans quelle cellule vous trouver pour nous découvrir. J'allais donc de cellule en cellule. Franchissant les murs sans la moindre résistance. Je croisais toutes sortes de spécimens.       Des hommes, mais aussi des femmes. Des jeunes, des vieux. Tous -par contre- plein de crasse. Tous avaient soit l'absence, soit la souffrance peinte au fond de leurs pupilles. Des vôtres, pourtant, je ne remarquai que le bleu puissant des deux iris. Et même si la photographie mouvant de La Gazette avait été imprimée en noir et blanc, c'est à vos yeux que je vous reconnus. Si j'avais été humain j'aurai pris une profonde inspiration avant de vous servir mes premiers mots. Je n'avais nullement besoin de respirer, que se soit de fournir de l'air à ma poitrine écrasée par l'anxiété, ou de transmettre de l'oxygène à mon cerveau embrumé. Tout ce que je puis faire était de vous survoler, de me donner de la hauteur et d'abaisser mon regard lorsque je décidai, enfin, de jeter mes mots dans ce cachot humide et froid.

-  Bonjour Adam, je suis chagriné de faire votre connaissance en des lieux hostiles comme ceux-ci...

Codage par Emi Burton
Revenir en haut Aller en bas
Adam Pugh
Restaurateur d'Art
Nom de l'avatar : Stephen Amell
DC : Mel, Sascha, Pyractès, Haze
Age : 34
❖ ❖ ❖ ❖
MessageRe: Rencontre peu commune entre deux êtres... hors du commun / Adam | Rencontre peu commune entre deux êtres... hors du commun / Adam EmptyLun 15 Avr - 13:17


Les jours étaient des nuits, et les nuits étaient des jours. Je ne savais pas combien de temps s'était écoulé depuis mon entrée dans cette prison magique, je n'avais plus aucune notion du temps. Le vent soufflait constamment contre les pierres froides et sans âmes de la bâtisse. Il sifflait de concert sans arrêt, mêlant son bruit avec celui des vagues qui s'écrasaient. L'humidité ambiante rendait ma peau collante si bien que même mes cheveux et ma barbe graissaient à vue d'oeil, abîmant ma peau au passage à force de l'étouffer. Parfois, j'avais même l'impression que la mousse qui arrivait à pousser sur les murs suintants pouvait très bien se mettre à pousser sur mon propre corps. Corps que je tentais de maintenir mais qui avait drastiquement réduit de volume.

Chaque jour se passait de la même façon. Le baiser des détraqueurs me réduisant à un être de malheur, sans once d'amour ou de joie, un repas dégoûtant, et ma détermination à tenir debout, ne pas perdre mon esprit. J'étais bien décidé à sortir de là un jour. Tout le temps que je pouvais me garder, je sortais mon grimoire de sa cachette et je l'étudiais consciencieusement ou je faisaient fonctionner mes muscles autant que je le pouvais. J'avais besoin de ces exercices pour m'aider à tenir bon dans cet environnement bien pire qu'hostile. J'étais d'ailleurs en train d'essayer de déchiffrer un passage du livre lorsque je reçus une visite improbable.

Dans un sursaut, je fis disparaître le livre abîmé dans un mouvement de la main. Personne ne devait savoir que j'avais ça en ma possession, personne ne devait me le prendre, c'était ma chance, la seule chose que j'avais de précieux. A vrai dire, à cet instant, même ma vie n'avait pas une valeurs aussi importante tant l’enfermement en faisait un enfer. Je fus des plus surpris en croisant le regard vitreux d'un fantôme qui avait quelque chose en lui qui me semblait familier. Quelque chose dans les traits de son visage qui me rappelait vaguement quelque chose. Un souvenir agréable qui m'aida à chasser l'impression de vide qui me hantais chaque fois un peu plus.

Aux mots du fantôme, je leva un peu plus la tête pour lui accorder mon attention. Je n'avais plus parlé depuis si longtemps, ayant jusque là bien plus crié qu'autre chose, que je me demandais si mes cordes vocales allaient produire les sons attendus.

- Qu'est-ce que vous faites là ? Qu'est-ce que ça peut vous faire d'où je suis ? Murmurais-je alors, la voix grinçante, éraillée.
Revenir en haut Aller en bas
Gabriel Donatus
Fantôme
Nom de l'avatar : Tom Hiddleston
DC : Livia Latulipe
❖ ❖ ❖ ❖
MessageRe: Rencontre peu commune entre deux êtres... hors du commun / Adam | Rencontre peu commune entre deux êtres... hors du commun / Adam EmptySam 8 Juin - 16:48



~ C'est le moment de vérité.... et le moment de mentir.~  

La voix, basse et usée trahissait une faiblesse inavouable. Enfouie au fond de la gorge, coincée bas dans l'oesophage. Elle n'empêchait nullement de prendre son souffle mais occasionnait une gêne seulement persceptible par un oeil avisé. Elle était néanmoins habilement cachée derrière le choix des mots employés. Ils mettaient au défi l'étranger que je représentais. J'esquissais un mouvement des lèvres, un sourire bref. Étrangement, derrière cette faiblesse se cacher une force. Une force agressive et fiévreuse qui ne pouvait signifier qu'une seule chose : une envie irrépressible et animale de survivre. Vous êtes bien de mon sang, Adam.

Qu'est-ce que cela pouvait-il bien me faire, hein ? Douter. Non pas sur mes objectifs. Mon désir était de rendre à ce monde toute la beauté que, par le passé, j'avais pu lui dérober. Et cet objectif demeurait hardent. Je me sentais prêt à payer mes dettes. A allonger la monnaie. A me battre. Sincèrement déterminé. Non, j'avais craint cet instant et seulement cet instant. J'avais craint que ce ressentiment puisse naître au fond de moi et vienne me désoler. J'avais craint d'émettre des doutes sur ma faculté à pouvoir vous changer, Adam. J'avais craint que, comme pour ma propre âme, le temps ne soit déjà écoulé. Qu'il soit trop tard pour vous rendre bon. Que j'avais trop tardé. Et j'avais craint de le deviner à l'instant même où je croiserai vos yeux. Et mes craintes étaient justifiées. Les angoisses, la souffrance, la solitude, la puanteur semblait avoir attiser votre haine. Cette haine que vous avez alimenté tout d'abord pour survivre, comme on alimente un feu pour nous aider à tenir dans une nuit d'hiver. Puis, à défaut de dinde pour Noël elle vous a nourri. Vous vous êtes emparé d'elle. Vous avez su tirer force de ce sentiment impur. Ensuite, vous l'avait taillée comme un guerrier taille la pierre pour se fabriquer des piques de flèches. Elle fût votre arme. Que vous deviez sans doute brandir à chaque baiser de détraqueur. Et, enfin, je ressentais que vous veniez de franchir un cap assez récemment, peu avant notre rencontre. Peut-être durant les dernière semaines ou les derniers jours. Il me semblait que cette haine vous l'aviez polie comme une pierre précieuse. Vous la chérissait plus que personne d'autre. A l'inverse, c'était elle à présent qui s'était emparé de vous et de votre âme toute entière. Pour commencer elle vous avait dévoré, ensuite elle allait se servir de vous comme d'une arme qu'elle prenait plaisir à affûtée. Pour finir elle prendrait peut-être le temps de vous chérir lorsque vous aurez abîmer un peu plus ce monde qu'il ne l'est déjà.

La preuve en était que vous ayez su garder toute votre tête après pourtant trois longues années passées enfermé à Azkaban. Et, pour avoir longuement observé vos voisins, je pouvais déjà vous en assurer : vous aviez à cet instant précisément toute votre tête. Mais vous aviez également toute votre haine. Du moins, c'est ce qu'il me semblait percevoir au fond de vos pupilles. J’espérais avoir tort... Et que ma propre expérience de la haine trompait mon jugement vous concernant.

On ne pouvait en revanche en dire autant de la plupart de vos voisins de cellule. De manière aléatoire -me semblait-il- certains étaient maintenus enchainés au mur, le regard vide, la bave aux lèvres et la goutte au nez. Les bras en croix, ils tenaient debout forcés par le métal des chaines qui leur lacéraient la chair des poignets jusqu'à presque leur ronger les os. Le sang rouge et frais recouvrant petit à petit la vieille hémoglobine noire et sèche.
En comparaison je devais reconnaître que mon destin avait été des plus doux. Je n'avais pour ma part pas senti la mort arriver quand elle suintait d'eux depuis des années. Si la mort était une marmite ces pauvres corps y macéraient à l'intérieur comme un coq au vin. Ils devaient empester. L'air marin ne devait suffire à camoufler l'odeur de charogne qui régnait entre ces murs. Pas besoin d'odorat pour vous l'assurer. Je me félicitais d'ailleurs, d'avoir perdu cette faculté.

Quand vous gardiez votre calme, d'autres hurlaient à la mort, grifonaient sur les murs, pleuraient... Et j'en avais même vu une danser. Une danse macabre, étriquée par des murs trop serrés.

- Je vais répondre à vos deux questions en une seule réponse, Adam. Je me trouve ici, et chagriné de vous y trouver car le sang qui coule dans vos veines en ce moment même à jadis couler dans les miennes.

Je marquais avec talent une pause théâtrale et m'abaissais faisant mine de toucher le sol de mes pieds.

- Je suis votre oncle.

Codage par Emi Burton
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
❖ ❖ ❖ ❖
MessageRe: Rencontre peu commune entre deux êtres... hors du commun / Adam | Rencontre peu commune entre deux êtres... hors du commun / Adam Empty


Revenir en haut Aller en bas
 
Rencontre peu commune entre deux êtres... hors du commun / Adam
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
BES-BBS :: Paris :: Reste du monde :: Europe-
Sauter vers: