TOP SITE
Pensez à voter régulièrement!



 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 
Sascha Dunkel-Grivois
Famille Obéron
Nom de l'avatar : Aquamarintheone
DC : Melville Grivois
Age : 19
❖ ❖ ❖ ❖
MessageSauvetage musclé. [pv Yandros, Pyractès et Livia] | Sauvetage musclé. [pv Yandros, Pyractès et Livia] EmptyLun 29 Avr - 15:13


Comment ça Sascha se retrouvait toujours dans des situations toujours plus compliquées les unes que les autres ? Il fallait bien admettre qu'il était souvent empêtré dans des histoires compliquées, mais là, pour le coup, ce n'était pas sa faute ! Alors qu'il croisait un regard sombre comme une nuit sans lune dès qu'il détournait le regard, il maudissait sa meilleure amie. S'il n'arrivait pas à vraiment lui en vouloir car finalement c'était tellement "Livia", il ruminait, complètement oppressé par cette hors de centaure qui suivait le moindre de ses gestes. Fallait dire que ce retrouver si petit au milieu d'une vingtaine d'immenses créatures légèrement hostiles à sa présence était pour le moins... déstabilisant. Il ne savait même pas ce qu'il allait devenir, ni depuis combien de temps est-ce qu'il était là. Malgré la fraîcheur de l'hivers, il mourrait de chaud dans son uniforme scolaire.

Qu'est-ce qu'il allait faire... Comment allait-il expliquer ça ? Si au moins on allait retrouver son corps... Les centaures n'étaient pas connus pour leur amabilité, mais il n'étaient pas non plus vu comme des meurtriers kidnappeurs d'adolescent. Et si ils allaient l'offrir en sacrifice ? Ou le manger ? Ou peut-être faire de lui un de ces habits fait en peau d'animal ? Le cerveau du jeune homme partait dans tous les sens. Son teint était blême et si ses yeux restaient secs, ils exprimaient beaucoup de peur.

Recroquevillé dans un coin du camp où vivait la horde, surveillé par l'immense centaure qui l'avait amené ici, il attendait sa sentence. Est-ce qu'au moins Pyractès allait revenir ? Est-ce qu'il allait tuer et découper son amie ? En tout cas, à son regard, c'était quelque chose qu'il imaginait bien venant du centaure noir. Prenant ses genoux dans ses bras il attendait, et attendait. Le bruit sourd de tous les sabots frappant le sol avec plus ou moins de force lui foutait d'autant plus la trouille. C'était comme les battements réguliers des tambours avant une exécution. Le vent se levait doucement et le soleil tirait sa révérence minute après minute. Pourquoi fallait-il en plus qu'en hiver, la nuit tombe aussi vite...

Lentement, il faisait un bilan de sa vie. Il en venait à presque s'en vouloir de ressentir une telle rancœur envers sa mère durant la plus grande partie de sa mince existence. S'il venait à survivre à une telle situation, il était déterminé à accorder moins d'importance à cette colère silencieuse et à chérir beaucoup plus les gens qu'il aimait. Yandros... Est-ce qu'il allait vraiment mourir avant même d'avoir pu avoir la chance de lui dire combien il l'aime ? De nouveau, il s'en voulait. Il enfonça son visage un peu plus, se roulant complètement en boule. Finalement, cette mort était peut-être un juste retour des choses.

Quelques instants plus tard, il n'y eut plus aucun bruit. C'était comme si le monde s'était arrêté. Sascha releva alors la tête et il tomba face à face avec Pyractès, le chef de la Horde qui lui avait fait court quelques heures plus tôt. Ce dernier arborait un air amusé, presque hilare.
Revenir en haut Aller en bas
Livia Latulipe
Famille Obéron
Nom de l'avatar : Maria de Medeiros
❖ ❖ ❖ ❖
MessageRe: Sauvetage musclé. [pv Yandros, Pyractès et Livia] | Sauvetage musclé. [pv Yandros, Pyractès et Livia] EmptyMer 29 Mai - 21:45


Sa peau était laiteuse, ses lèvres, exsangues. A chaque expiration, un voile de buée épais s'échappait de sa bouche ouverte formant un rond. Au fur et à mesure de sa course effrenée au sein de la végétation hostile de la forêt maudite, de petites entailles vermillon venaient trancher avec la paleur cadavérique de sa peau. Cette note écarlate était la seule source de couleur présente sur son visage. Dans l'obscurité soudaine de la forêt ses yeux étaient devenus sombres, presque noirs. Et ce n'étaient pas les larmes qui s'écoulaient à grands flots qui parviendraient à raviver la touche de vert que l'on y trouvait d'ordinaire.
Ses cheveux, longs et lâchés s'emmêlaient dans les branchages mais elle ne prenait pas le temps de défaire les noeuds. De fait, elle laissait ici et là la trace de son passage : quelques mèches de sa cheveulure de jais. Elle ne devait en aucun cas s'arrêter de courir et ce, même si, elle n'était plus en danger. En effet, le centaure l'avait laissé partir. Elle ne fuyait donc pas de prédateurs. Elle ne luttait pas pour sa vie. Elle courait pour son ami, car lui courait un grave danger. Et cela était pire que tout.

En cet instant, elle aurait tremblé comme une feuille sous les sanglots et les hoquets si seulement elle avait pu en prendre le temps. Son estomac était retourné, elle avait envie de vomir. Par chance seulement, le petit-déjeuner se faisait loin. Anéantie, elle avait envie de disparaître. Par malheur, elle ne pouvait se le permettre, le destin de Sascha étant lié au sein désormais. Elle avait envie de se haïr pour sa faute, pour son irresponsabilité, pour sa bétise. Fort heureusement, elle pouvait déverser cette haine sur lui. Ce foutu rustre de centaure en lequel elle avait cru percevoir une âme sauvage mais tendre, non cruelle. Elle s'était laissée hypnotiser par son charme de bellâtre appartenant à mère Nature. Elle avait cru voir en lui un guide spirituel. Alors qu'il n'était bien qu'une bête. Une bête douée de parole, de poésie de charisme, et de quelques paires d'abdominaux finement dessinés. Mais il restait une bête avant tout.

Le ciel s'était couvert et cela ne faisait que rajouter un peu plus de force à l'atmosphère dramatique de la scène qui se jouait. Enfin, il se mit à pleuvoir. Loin de rincer ses larmes et sa peine, la pluie rajouta un sentiment d'urgence au creux de la poitrine de Livia. Ce n'était pas possible... C'était un cauchemar...

Soudain, elle glissa sur une pierre rendue lisse par l'action de l'eau et elle roula au sol, s'écorchant le genoux. Une bien petite égratignure comparé à ce que devait endurer Sascha à l'instant même, prisonnier du peuple de Pyractès. Cette blessure physique n'était rien non plus, comparé à ce qu'endurer son esprit...

Sous l'effet de la chute, ou sous le poids des émotions, elle se mit à crier. C'en était trop. Cette souffrance, cette panique, cette réalité à accepter... C'én était trop à encaisser pour une jeune de dix-sept ans. Livia franchissait à sa manière les différentes étapes par lesquelles le corps et l'esprit doivent passer lorsque l'on apprend une mauvaise nouvelle qu'il faut digérer. Le refus de croire, la colère, le désespoir. Elle plaqua ses fines mains sur son visage humide où se mêlaient pluie, larmes et sueurs froides. Elle s'accorda quelques secondes pour sangloter. Ses sinus commençaient à se remplir de liquide. Une douleur aigue et indéfinissable lui lacérait la gorge. Jamais la jeune Livia n'avait pleuré de la sorte. Elle avait toujours su refouler les larmes avant qu'elles ne lui prennent entièrement le visage, des yeux à la bouche en passant par le nez.

Elle se releva et c'est, certes la gorge nouée, mais également le poing serré qu'elle reprit sa course. Elle arriva enfin à la lisière de la forêt. C'est dans un état des plus déplorables qu'elle franchit le parc de l'école -qui à la différence de la forêt était entretenu aussi minutieusement que pouvait l'être un terrain de golf pour moldus. Livia ne croisa pas le moindre élève. Tous devaient être encore enfermés dans une salle de classe. Il était presque midi. Il ne s'était pas écoulées plus de trois heures et demie depuis le moment où elle avait lu la lettre de son père. Subjectivement, la jeune, elle, avait l'impression qu'il s'était passé tout un monde. Le sien c'était presque écroulé. Elle avait perdu Sascha. Non...!!! Il n'était pas trop tard ! Elle allait trouver de l'aide. Et tout s'arrangerait. Oui. Tout s'arrangerait.

Arrivée au niveau du hall d'entrée elle apperçut au loin le professeur de sortilèges. Son sang ne fit qu'un tour dans ses veines. Elle avala sa salive. Prit une profonde inspiration. Rassembla tout son courage. Puis, laissant sa détresse s'exprimer, elle appela:

- Monsieur Halluin !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! MONSIEUR HALLUIN !!!!!!!! C'est Sas.... Sascha il...


A bout de souffle. Elle ne finit pas sa phrase. On entendit plus que le "flop flop" de la pluie.
Revenir en haut Aller en bas
Yandros Halluin
Professeur de sortilège
Nom de l'avatar : Emil Andersson
❖ ❖ ❖ ❖
MessageRe: Sauvetage musclé. [pv Yandros, Pyractès et Livia] | Sauvetage musclé. [pv Yandros, Pyractès et Livia] EmptyJeu 13 Juin - 9:11


Pour une fois, le professeur Halluin n’avait pas de cours durant la matinée. Et il comptait bien en profiter pour corriger les derniers parchemins qu’il avait demandé à ses élèves les plus avancés de lui rendre. C’est donc sous ses traits vieillit "spéciale cours" qu’il déambulait dans les couloirs, d’un calme presque décontenançant du château. Mais cela ne déplaisait pas au jeune professeur, le calme il en avait besoin et pas seulement pour corriger ses copies. Il avait besoin de réfléchir, de réfléchir à ce qu’il devait faire avec Sascha, ce qui serait le mieux pour eux deux, leur avenir ensemble ... Le jeune homme allait bientôt finir son cursus à BeauxBâtons et ils pourraient enfin vivre leur amour au grand jour … donc théoriquement tout s’arrangerait. Mais Yandros restait éternellement stressé à cause de leur situation.

Il soupira doucement se disant qu’il n’était vraiment pas fait pour ce genre de chose et fut sortie de ses pensées, toutes hantées par le beau Sascha, par une de ses élèves qui hurlait son nom dans les couloirs. Le professeur se stoppa et attendit que la jeune fille, visiblement en panique, arrive vers lui. Mais il perdit bien vite son air blasé de s’être fait apostrophé de la sorte quand il comprit que celle-ci parlait de son Sascha … Restant calme dans un premier temps, il attrapa doucement le bras de cette dernière et essaya de la rassurer comme il le pouvait.

« Mademoiselle Latulipe ? Que vous arrive-t-il ? Qu’est-ce qu’il se passe avec … Sasch … avec monsieur Dunkel-Grivois ? Calmez-vous, reprenez votre souffle et asseyez-vous. »

Il la guida vers un des bancs disposés le long des murs et la fit s’asseoir, lui-même restant debout, son degré d’inquiétude augmentant de minute en minute.

« Qu’est-ce qu’il se passe ? Que faisiez-vous dehors par ce temps et surtout à cette heure ? Ne devriez-vous pas être en cours ? »

Yandros se devait de garder sa façade de professeur sévère. Mais au fond de lui il avait envie de secouer cette pauvre jeune fille jusqu’à ce qu’elle lui avoue de gré ou de force ce qu’il se passait avec Sascha. Mon Dieu qu’était-il arrivé à son Sascha pour qu’elle soit dans cet état. Cela devait être terrible …

Le professeur de Sortilèges essayait comme il le pouvait de rester calme, mais au fond de lui une angoisse lui tordait l’estomac. Il fallait qu’il reste raisonnable, mais rien n’y faisait … Il s’imaginait déjà le pire et la couleur bleue que ses cheveux venait de prendre ne pouvait que trahir ce qu’il ressentait au fond de lui malgré le calme qu’il essayait de faire transparaître dans son comportement.
Revenir en haut Aller en bas
Sascha Dunkel-Grivois
Famille Obéron
Nom de l'avatar : Aquamarintheone
DC : Melville Grivois
Age : 19
❖ ❖ ❖ ❖
MessageRe: Sauvetage musclé. [pv Yandros, Pyractès et Livia] | Sauvetage musclé. [pv Yandros, Pyractès et Livia] EmptySam 15 Juin - 11:09


L'immense centaure était d'autant plus impressionnant dans l'obscurité de la forêt profonde. L'orage qui s'installait avait plongé les bois dans le noir, même l'espace dégagé où était installé le camp des centaures semblait dans une autre dimension. Les éclaboussures des gouttes de pluie sur le sol formait une brume humide, la terre se mouillait, se transformant en boue rapidement. Le bruit des sabots autour de lui devenait lui aussi de plus en plus humide. Sascha se trempait, la pluie tombant, massive, sur lui. Ses cheveux collaient à son visage, sa robe de sorcier devenait lourde d'eau. Il n'avait pas encore trop froid, certainement à cause de l'adrénaline qui coulait encore dans ses veines.

Le centaure restait là, droit et haut devant lui. Il le toisait de toute sa hauteur. De son torse nu ruisselait l'eau du ciel. Sascha avala difficilement sa salive, clairement impressionné par une telle créature. Le centaure, avant de venir à lui, avait prit le temps d'enlever sa ceinture et autre tissus. Certainement avait-il vu venir ce temps maussade, menaçant d'une lourde tension. C'était un peu à l'image du mi-cheval. L'air était lourd, pesant, imposant sa tension, déstabilisant, énervant. Le jeune sorcier tentait de fuir au regard assombrit de la bête. Pourquoi restait-il simplement là à le regarder ? A le fixer ? Qu'est-ce qu'il attendait de lui. Est-ce que le jeune homme devait faire quelque chose ? Comment allait-il sortir de là ? La panique prenait doucement place dans la poitrine de l'élève.

C'est alors que Pyractès s'approcha de lui. Il se pencha, se mit à la hauteur du gamin, puis il lui tendit une main massive. Une main rugueuse aux doigts larges et à la paume démesurée. Une main qui en a vu passer, du travail. Une main qui connaît la nature, habituée à manipuler la terre et le bois. Le centaure fascinait le jeune homme autant qu'il l'apeurait.

Donne moi ta robe. Tonnait-il comme si un éclaire venait de s’abattre dans la plaine des centaures. Ne me fait pas répéter.

Sans mot, Sascha retira sa robe avec difficulté. Elle collait à son corps à l'instar de sa chemise détrempée maintenant presque transparente. Il fallait dire qu'elle n'était pas franchement faite pour être portée mouillée. Après une courte bataille qui tira un grognement au centaure, il la lui donna. Ce dernier se releva puis tout en se dirigeant vers une immense hutte, il l'essora. L'humain le suivait du regard, se demandant bien ce qu'il allait faire avec sa robe d'écolier. Peut-être allait-il effectuer un genre de rituel païen, ou même vaudou, pour lui infliger indirectement de terribles tortures.

Est... Est-ce que Livia va bien ? S'enquit-il juste avant qu'il n'entre dans la hutte, un peu comme un dernier souhait avant de mourir

Mais le centaure ne répondit pas. Il s'engouffra à l'intérieur de l'abri dans un soupire. La pluie ne réduisait pas d'intensité. La fraîcheur le gagnait finalement maintenant qu'il n'avait plus sa robe autour de lui. Son pantalon était complètement boueux, et sa chemise n'était plus si immaculée, tâchée d'éclaboussure à chaque fois qu'une des créatures passait près de lui. Si seulement il avait pu se réconcilier avec Yandros... La tête contre ses genoux, il pensait à son petit ami. Si seulement il avait pu lui dire combien il l'aime. Sa poitrine se serra et il ferma les yeux, attendant de voir la suite des événements.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
❖ ❖ ❖ ❖
MessageRe: Sauvetage musclé. [pv Yandros, Pyractès et Livia] | Sauvetage musclé. [pv Yandros, Pyractès et Livia] Empty


Revenir en haut Aller en bas
 
Sauvetage musclé. [pv Yandros, Pyractès et Livia]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
BES-BBS :: Beauxbatons :: Beauxbatons : Exterieurs :: Forêt Maudite-
Sauter vers: