RSS
RSS



 

 :: Le Commencement :: Recensement :: Rps terminés Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Patatalo domingo [♥ pv Odyssée]

avatar
Oleksander O. Romanov-R.
Famille Merlinois
Messages : 138
Baguettes en sucre : 16
Date d'inscription : 14/01/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 5 Mar - 13:06
La neige crissant sous ses baskets, Olek s'aventurait dans le squat humide du troisième cycle. La journée avait bien commencé; levé à six heures, il s'occupa de préparer un petit-déjeuner pour sa petite-soeur qui dormait encore (en remplaçant le sucre par le sel, un classique) et avait enfilé n'importe quels vêtements tandis qu'il déposait une grosse paire de lunettes sur le bout de son nez. Il garda la maison propre, tapant la conversation à la poussière récurrente tandis qu'il essayait de la chasser. Il s'arrêta une minute, écoutant le calme de la maison avant de récupérer ses clés - les uniques clés - et de s'en aller, claquant la porte derrière lui afin de réveiller Oks. « DEBOUT FEIGNASSE ! » Cria-t-il devant la porte en direction de sa fenêtre entrouverte. Il lui envoya un baiser de la main, cligna de l'oeil et partit faire le tour de l'allée.

Il était dorénavant sept heures. Il se balada sans but précis dans le quai jusqu'à son premier arrêt, le canard laqué. Il y passa un petit quart d'heure où il y dégusta son petit-déjeuner - comme s'il allait manger ce qu'il cuisinait - et ressortit avec plusieurs cafés, ainsi qu'un petit paquet de bagels et autres viennoiseries qu'il avait partiellement léché/goûté. Il avait également une petite pochette, marquée par un nom indescriptible qu'il n'avait pas l'intention de toucher, si ce n'était pour l'offrir. Il fit ensuite un détour vers un grand jardin qui n'était entretenu que par les âmes sensibles du coin. Il balança son sac sur son épaule, avant d'en sortir une gourde d'eau qu'il déversa sur les plantes les plus assoiffées - il avait des doutes sur la qualité de l'eau du coin. Le garçon s'occupa encore d'elle pendant une petite heure - le temps passait si vite - puis reprit sa route.

Le jeune Rousseau arriva à l'avenue Rol-Tanguy un peu avant neuf heures. Il avait emprunté un raccourci qu'il connaissait bien, et avait au moins le mérite de l'empêcher de prendre les transports - prendre soin de la planète n'avait pas de prix. Il interdisait Oks de venir ici seule, aussi il était sûr d'être tranquille un moment. Il pénétra dans une boutique, accueilli par un vague "meow" et un grognement indistinct. Une jeune fille, légèrement plus âgée que lui, frottait le bar avec une vivacité bien relative. Avec un sourire, Olek jeta la pochette qui lui était attribué sur le comptoir. « De quoi boire et manger » expliqua le garçon tandis qu'il grimpait sur le tabouret le plus proche. « Comment tu vas, Nana ? » fit-il à l'attention de sa cousine. Cette dernière lui répondit par un faible sursaut et un geste de la main qui lui demandait explicitement de partir. « Pas beaucoup de monde ce matin, tu crois que tu pourrais te libérer ? Oks et moi on va au squat tout à l'h- » commença le Roumanov sans avoir le temps de finir : la dénommée "Nana" avait fichu le camp sans lui laisser le temps. Déçu par son nouvel échec, Olek haussa les épaules sans perdre espoir. « Ca m'a fait plaisir de parler avec toi, Nana... » acheva-t-il. Il négocia ensuite avec le chat le prix de quelques herbes - maman et papa n'avaient tous les deux pas le temps d'en acheter. Papa était encore au ministère, et maman dans un énième voyage autour du monde où elle prenait soin du monde animal. Il les rangea dans son sac avant de sortir, jetant un coup d'oeil à la vitrine. Nana était revenue, et sentait le contenu de son paquet, un air reconnaissant mais gêné sur son visage. Cette dernière vision fit sourire Olek qui reprit sa route.

En profiter qu'il était toujours dans l'Avenue, il s'arrêta à la bibliothèque prendre un livre pour caler la table du salon - et comme ça, peut-être qu'Oks mangerait par terre et qu'il pourra enfin étendre ses pieds sur elle. Il passerait au champignon malicieux plus tard, si Oks sentait l'odeur du champignon hallucinogène dans son sac, elle allait péter un câble - d'autant plus que les champignons qu'il cultivait lui-même était bien meilleur; il avait même commencé à en vendre quelques uns au propriétaire de la boutique (bah quoi, il se faisait de l'argent de poche).

Il remonta encore, les jambes un peu fatiguées mais bien déterminé à ne pas s'arrêter en si bon chemin. Il entra nonchalamment au ministère et déposa sur le bureau de son père un des cafés ainsi que quelques viennoiseries qu'il avait gardé pour papa, il savait que cela lui faisait toujours plaisir. Il était sûrement en réunion, il ne passait que très peu de temps dans son bureau (suffisamment pour attendre de recevoir les viennoiseries de son fils). Après s'être fait tiré les joues plusieurs fois « Comme tu as grandi, Oleksandeeer ! Un vrai petit homme », il sortit de l'atmosphère sérieux du ministère et continua sa route.

Le Merlinois arriva à la fontaine de la Terrasse. Il fit un voeu, jeta une pièce; il savait bien qu'un employé municipal était censé les ramasser. Tout l'argent gagné était reversé à des associations, pour le bienfait de la planète et de ses habitants passagers, aussi il en jeta plusieurs avant de se rendre à l'avenue Anatole France. Il faisait souvent ce chemin, surtout pendant les vacances, et était content d'y être parvenu encore une fois. Arrivé à l'avenue Anatole-France, il reprit une photo au pied de la Tour Eiffel, adopta un nouvel animal qui pète - mais le pauvre, il était mort de froid - et fit son petit passage au monument pour les droits de l'homme. Il passa ses doigts sur les nombreuses insultes qui y étaient gravées, enfouissant dans son col le petit animal qui grelottait. Il prit quelques minutes après position dans son sac, légèrement ouvert afin qu'il respire, où plusieurs écharpes s'amoncelaient dans le fond - il avait prit pour habitude de couvrir les plantes afin qu'elles n'aient plus froid.

Le druide arriva finalement au squat du troisième cycle. Il s'assit sur le premier banc qui passait, son bras autour d'un vieux cornichon d'une vieille dame à qui il offrit un croissant. Il lui prêta une écharpe - il connaissait bien cette dame, c'était leur voisine - et attendit impatiemment l'arrivée de sa soeur. Il était quasiment onze heures, peut-être un peu plus, il n'était pas à la minute près (même s'il n'allait pas manquer de lui faire remarquer son retard). Il grignota en attendant sa venue. En pleine milieu de sa conversation sur l'acupuncture avec Madame Kydi, il aperçut la chevelure rousse se profiler à l'horizon. Il la laissa se dépêcher le popotin vers lui avant de se lever à son tour et de l'accueillir par un ébouriffement de cheveux féroce. Evidemment qu'elle devait l'attendre depuis une demi-heure dans un endroit totalement opposé.

« Bien dormi ? » S'écria-t-il en balançant ses bras de chaque côté tandis que Poopy - son animal qui pète - sortait le bout du museau de son sac.« Ca fait trois heures que j't'attends ! » S'exclama le jeune homme en lui donnant café et petits gâteaux tandis qu'il prennait le sien et marchait avec elle, avant de s'asseoir au bord de ce qui ressemblait être une piscine de fromage. Il ne l'attendait pas depuis trois heures; cela faisait cinq minutes et c'était largement assez.

Outfit of the day:
 


Merlin Man
© FRIMELDA
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Oksana Romanov-R.
Famille Titania
Messages : 73
Baguettes en sucre : 10
Date d'inscription : 14/01/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 8 Mar - 16:48
On dit souvent des vielles demeures qu'elles ont une âme. Dans leur manoir familiale, une antiquité faite de pierre, où les objets prennent vie, les vielles demeures ont surtout tendance à développer un épouvantable caractère. Le bâtiment des Romanov-Rousseau par exemple était continuellement de mauvaise humeur. Il passait ses journées à craqueler, à grincer, à fuir et à souffler pour exprimer son mécontentement. Il n'aimait pas les courants d'air qui faisaient claquer les portes mal fermées en été. Il n'aimait pas les pluies qui encrassaient sa gouttière en automne. Il n'aimait pas l'humidité qui infiltrait ses murs en hiver. Il n'aimait pas les mauvaises herbes qui revenaient envahir sa cour chaque printemps. Alors, Oksana assise en tailleur sur son lit, écoutait d'une oreille distraite les grincements de la bâtisse. Elle ne faisait plus cas à sa mauvaise humeur, et encore moins de la dispute continuelle entre le manoir et la moquette du dernier étage, qui avoue-on le, avait un caractère acariâtre. Elle entendit le bruit si caractéristique d'un claquement de porte, et du beuglement de ce qui lui servait de frère sous sa fenêtre entre-ouverte. Elle ne prit même pas la peine de jeter un coup d’œil à celle-ci. A quoi bon, de perdre son temps à regarder les pitreries que faisait l'autre Romanov-Rousseau ?

Elle se dégagea une mèche de cheveux qui lui barra la vue, et continua à livre sur la médecine Druidesse. Oksana était une véritable mordue de ce genre de lecture, elle adorait apprendre et encore plus quand cela touchait la médecine. Elle pourrait passer ses journées entières, sous sa couette plongée dans ses livres sans avoir de relation sociale avec les autres individus. La rousse retient un bâillement. Aujourd'hui ne faisait pas exception, elle c'était levée à cinq heure du monde pour pouvoir profiter du silence de la bâtisse le tout ponctuer par les ronflements de la moquette et de son frère. Bien, que celui-ci ni son lien avec le ronflement, mais Oksana confirmait bien que ce n'était pas simplement une respiration bruyante qui provenait de ses naseaux mais bien de sa bouche.

Voilà, bien une heure qu'elle avait délaissé son pyjama molletonneux contre ses vêtements de ville. Elle n'osait même pas affronter son regard dans la glace. Si, c'était pour voir ses cheveux qui avaient encore fait la fête sur son crane sans son consentement, non merci. Parfois, elle envisageait de faire comme son frère et de changer radicalement de tête. Des cheveux court ne serait pas une si mauvaise idée. Mais, elle ne pensait pas que sa mère apprécierait le changement capillaire. Certes, elle se serait pas aussi radicalisme comme son frère avec cette nouvelle couleur de cheveux, mais couper cette touffe qui lui sert de chevelure ne lui ferait pas de mal.

De toute façon, Oksie ne comprenait jamais comment faisait les autres filles pour se prendre autant la tête avec leur apparence physique. Pour elle, ce n'est juste qu'une apparence faite de chair et d'os. Le plus important était ce qui se trouvait dans la cervelle mais à croire que certaine personne avait oublié de prendre cette option à la naissance. Oksana reposa son livre sur sa table de nuit, et enfila ses fidèles derbies qui avaient connus toutes sortes de batailles par le passé. Elle descendait  rapidement les escaliers, et faillit s’aplatir comme de l'herbe haute plus d'une fois. Elle remarqua sur la table de la cuisine, de la nourriture qu'elle supposa faite par Olek. Eurk. Qui aurait cru, qu'un simple chocolat chaud pouvait muter de plusieurs façon possible. Elle n’osait même pas poser ses lèvres sur le rebord de la tasse et de les tremper dans le liquide d'un brun douteux. Puis, elle se doutait que derrière ce geste innocent et affectueux se cachait une farce d'Olek.

Alors, elle supposa qu'il avait du remplacer le sucre par du sel, vu les quelques grains de sel qui se trouvait encore sur la table. Parfois, elle songeait à lui coller une éponge sur la paume de la main pour lui apprendre à nettoyer après qu'il est sali. Faut croire qu'on ne mélange pas les torchons avec les serviettes. La rousse attrapa son écharpe et une pomme pour calmer les grincements de son ventre et, surtout ne pas mourir intoxiquée par la cuisine mortelle de son  frère. Une vrai arme nucléaire. Constamment, la cuisine ressemblait à un dépotoir géant et lugubre.

De fines gouttes-d'eau tombaient de manière désordonnée, ruisselant le long de son front et de ses joues. Aujourd'hui était un jour maussade, sans grande motivation elle s’emmitouflait dans son vieux manteau gris beaucoup trop grand pour elle. Le vent fouettait son visage le faisant rougir, ses lèvres gercées par le froid tremblotaient. Des frissons parcouraient tout son corps. Oks plongeait son visage dans son écharpe essayant d'avoir un minimum de chaleur. En ce mois de décembre, peu de personnes flânaient vraiment dehors, préférant pour certains rester bien au chaud à la maison. D'un geste rapide, elle croqua en plein dans la pomme et apprécia le goût sucré et juteux de celle-ci. Ses pupilles gustative frétillaient de bonheur. Le vent ne cessait de danser avec ses mèches les emmêlant ensembles créant un joyeux vacarme dans sa chevelure. Sur sa tête devait se trouver un véritable nid de poule que des cheveux. Elle essaya de les attacher tout en tenant la pomme entre ses dents, une tâche fort difficile pour une fille aussi maladroite. Et ce qui devait arriver, arriva. La pomme jeta au sol, roulant de quelques mètres se mélangeant avec la crasse et la neige. Dépitée, Oksana abandonna son affaire et ramassa la pomme qui atterrit dans une poubelle.

Voilà, quelques minutes que son ventre se manifesta et réclama une collation. Attirée par l'odeur de viennoiserie, elle s'arrêta à la première boulangerie qu'elle vit et acheta un croissant. La première bouché suffit à calmer la protestation de son ventre. Oksana ne prit pas la peine de contourner les rues, et elle se doutait que son frère avait du le faire pour arriver plus vite au lieu de leur rendez-vous. Tranquillement, elle arriva dans l'avenue Anatole France, elle était toujours aussi fascinée de voir l'art prendre vie. Tout comme la médecine, l'art avait une grosse place dans le cœur d'Oksana qui était passionnée tout ce qui touchait de près ou de loin de celui-ci.

Voilà. Oksie était arrivée au lieu du rendez-vous. Le squat du troisième cycle. Les personnes âgées avaient déjà envahit l'espace, comme des abeilles dans une ruche. Au loin, elle vit une fraise géante affalait sur un banc entrain d'engloutir un pauvre croissant qui n'avait rien demandé à personne. La druide se rapprocha de l'énergumène qui lui servait de frère. Une fois en  face de celui-ci, elle sentit une friction dans ses cheveux, elle lâcha un grognement de mécontentement.

Elle répondit un « oui » devant la question de son frère, de toute façon avec le bruit qu'il faisait. Il lui était impossible de dormir. Et, Oksana avait horreur de se réveiller à huit heure. C'était beaucoup trop tard pour elle.

« Ça fait trois heures que j't'attends ! »

Oksana ne prit même pas la peine de répondre à fraisie. De toute façon, que pouvait-elle répondre à cela ? Elle était arrivée à l'heure convenue au rendez-vous. Elle le vit lui tendre une boisson et quelques viennoiseries qu'elle prit avec plaisir et gourmandise. Oksie, remarque un museau sortir du sac de son frère et cru reconnaître un animal qui pète. OK. Elle suivit son frère et s'assit sur le bord d'une sorte de piscine.

«  Je suppose que tu es allé voir papa ce matin ? » dit Oksana en croquant une des viennoiseries en regardant devant elle, sans jamais poser le regard sur quelque chose. « Je peux savoir où es-que tu as pu trouver un animal qui pète, Olek ? »
Outfit Oksie:
 




TragicLove
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Oleksander O. Romanov-R.
Famille Merlinois
Messages : 138
Baguettes en sucre : 16
Date d'inscription : 14/01/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 12 Mar - 11:31
Dingue. Cette fille était dingue. Elle était parvenue jusqu'à lui, squat du troisième cycle, comme elle le faisait souvent lorsqu'ils devaient se réunir, et pourtant, n'avait pas vu la boutique des pets qui pètent. Elle passait tous les jours devant l'allée Anatole France, et ne s'était jamais interrogée sur l'odeur pestilentielle qui y régnait - même si elle était dû, en grande partie, aux personnes âgées (beurk je savais bien que ça sentait le fromage). Cette fille était dingue.

Olek regarda Poopy avec de grands yeux ronds tandis que ce dernier loufait pour la énième fois sous leurs petits nez malheureusement pas du tout prêts. Comment une si mignonne et petite créature pouvait lâcher d'aussi monstrueux pets ? Sans réprimer un grand éclat de rire, le garçon éventa l'air devant son visage. Il devait déjà avoir une centaine d'animaux qui traînaient aux alentours de la maison... Sa petite soeur n'avait-elle jamais compris d'où provenaient-ils ?

Il lui ébouriffa le crâne à nouveau tandis que, trop occupé à poser Poopy sur la tête d'Oks pour se préoccuper de ce que la feignasse pouvait bien avoir à dire. Il se contenta d'hocher la tête malicieusement, un sourire aux lèvres, tandis que le Merlinois se goinfrait plus encore. « Oui, oui » rétorqua-t-il vaguement. Il aurait aimé avoir un stagiaire pour le fouetter et lui faire faire toutes ses tâches ingrates... Mais n'était-ce pas déjà le travail d'une petite-soeur ? « Je comprends mieux pourquoi tu es à Titania, tu es looooin d'avoir l'intelligence d'un Merlinois » démontra-t-il, narquoisement. Il pointa du doigt le long de l'allée. « Où penses-tu que j'aurais pu en trouver sinon ? » Il luit mit le bout de son nez face à la boutique où il était allé se servir. Rohlala, sérieusement, Oks, tu réfléchis parfois ? « Papa t'embrasse... De loin, hein, ta tête fait toujours aussi peur » minauda-t-il en imitant la touffe de la rouquine avec sa main jusqu'à se faire taper dans le bras. « En parlant de ça, beaucoup de garçons qui sont venus te voir, dernièrement ? » Olek s'arrêta au milieu de l'allée, face à elle. Au milieu de deux blagues, il parlerait sérieusement. « Pour te demander - de sortir avec toi ? TOI ? AHAHAHAH - de la fermer un peu ? C'est fouuu ce que tu sens mauvais » fit-il en souriant. « J'ai ouï dire que c'était de famille. » Répondit-il avec un clin d'oeil avant de s'engager dans un chemin périlleux.

Evidemment que sa soeur allait suivre, que ne ferait-elle pas pour lui ? Tout en reprenant doucement Poopy dans son sac - il ne fallait tout de même pas qu'il fasse ses besoins sur sa tête, il n'avait pas pris son appareil photo - le meilleur grand-frère du monde qu'était Olek fit craquer la jointure de ses doigts. Il allait bientôt être l'heure de manger, et pour une fois, Olek n'avait pas prévu de retourner au canard laqué. C'était bien le changement, des fois - surtout lorsque cela pouvait embêter sa petite soeur - et il avait vraiment envie de tacos. Ils pouvaient en prendre au pied de la Tour Eiffel - il connaissait bien le Tacosman et se promener ensuite le long de l'allée - et si Oks ne s'excitait pas sur tous les troncs d'arbres, il la laisserait peut-être choisir la suite du programme. Sûrement qu'elle allait choisir une autre boutique de bouquins parfumés rougeâtres, mais c'était un risque qu'il fallait prendre (puisse le sort l'être favorable). Le temps qu'ils étaient dans le sujet... « Dis, tu as fait tes devoirs ? J'veux dire, évidemment que tu les as fait. La vraie question, c'est quand tu vas me les passer. » Ricana-t-il, d'un ton sérieux (même s'il ne l'était pas pour le moins du monde). « Pas pour te copier, tu me comprends - je suis siii intelligent - je pourrais peut-être le corriger; Merlin sait que tu en as besoin ! » Le garçon lui donna un coup de coude en la prenant dans ses bras jusqu'à l'en étrangler presque. « JE RIGOLE ! Voyons ! Je préférerais cent fois entendre Jean Frisson te l'expliquer pour moi. » Il lui embrassa la joue avant de la lui lécher - il crut entendre un léger "mais tu es un porc Olek !" - puis reprit sa route avec elle à son bras. « Bon, j'ai la dalle. Tacos ? » Il dansa sur place avec - et malgré - elle avant d'ajouter : « Promis, je ne les ai pas faits moi-même. Allez, j't'invite ! » Il l'entraîna vers la Tour Eiffel. Il savait exactement ce qu'ils allaient prendre : deux tacos à l'aubergine, des chips à la violette et deux sodas à la myrtille. Purple, maaaan ! « Tu t'es trouvé un p'tit job pour les vacances ? Pas qu'on en ait vraiment besoin mais, tu sais, c'est bien des fois de faire quelque chose de sa vie. » Il lui sourit bienveillant avant de la tirer vers les pieds les plus précieux du monde : ceux de la Tour Eiffel.

HRP:
 


Merlin Man
© FRIMELDA
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Oksana Romanov-R.
Famille Titania
Messages : 73
Baguettes en sucre : 10
Date d'inscription : 14/01/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 30 Mar - 20:53
Une erreur. Une erreur de la Nature. Elle comprenait maintenant pourquoi ses parents se sont acharnés pour avoir un second enfant, en voyant le cas du premier. La druide se demandait parfois si le cerveau de son frère, n'était pas en fait de la gelé de fraise et ses neurones des pépins. Elle n'eut pas le temps de lâcher un soupir, qu'un poids se fit se sentir sur le sommet de la tête. Ne lui dite pas que son stupide frère avait osé lui mettre l'animal qui pète sur ses cheveux (qui quelques minutes plus tôt avait subit les mains peu délicates du garçon) ?

De toute façon, Oksana n'avait pas le courage d'enlever la pauvre petite chose de sa tête. Elle pari que si elle prenait le risque elle allait se confronter aux yeux globuleux et larmoyant de l'animal et à ses pets mortels qui pourraient asphyxier un phacochère. Cette fois elle lâcha un soupir désabusé devant le manque de concentration de son frère. A ce moment là, elle aura dû lui demander de faire ses tâches ménagères à sa place qui l'aurait répondu sans hésiter un « oui ». La prochaine fois, la rousse sera comment se débarrasser de ses tâches.« Et toi tu aurais fait un très mauvais Titanien, avec le manque de délicatesse et de ruse. Tu aurais plutôt ressembler à un Troll au milieu de Licornes, vu le kéké que tu es.  »Répondit amusée Oksana. Elle regardait son frère imitait sa chevelure. Il n'y a que les envieux pour critiquer et reproduire la même chose. Au moins, elle, quand elle est née elle avait des cheveux sur le crâne pas comme certain. La prochaine copine de son frère, elle lui montre les magnifiques photos de son idiot de citrouille dans le bain, tout nu. Niark. La druide, imaginait déjà la tête dépitée de son frère à cause des photos dans les mains de sa copine. Elle en ricanait d’avance. Elle ne releva pas la pique avec son père. Si sa tête faisait peur, alors celle d'Olek devait être pire. « En parlant de ça, beaucoup de garçons qui sont venus te voir, dernièrement ? » 

Son nez buta contre le dos de son stupide frère qui venait de s’arrêter sans prévenir. Elle se frota doucement le bout du nez, essayant de faire passer la douleur. Elle ne comprenait pas vraiment la question de son frère. En quoi sa pouvait lui faire si des personnes du sexe masculin étaient venues lui parler ? Par moment, elle avait du mal à suivre le fil des pensées de son frère. «  Je ne vois pas en quoi cela te regardes Olek ». Répliqua Oksana en relevant les yeux vers son frère. Elle avait un mauvais pressentiment en voyant le sourire en coin. « Pour te demander - de sortir avec toi ? TOI ? AHAHAHAH - de la fermer un peu ? C'est fouuu ce que tu sens mauvais »

Elle l'avait dit qu'elle avait un mauvais pressentiment. Une veine pulsa au niveau de sa tempe, et ses points se refermèrent brutalement. Ce soir, il y allait avoir du Olek pour le repas. Elle allait le farcir comme une dinde ! Oksie se mordit la langue pour retenir une remarque sanglante et qui sait ? Un coup de boule ? En voyant le sourire s'agrandir et le clin d’œil de son frère, elle soupira. Elle allait avoir les cheveux blancs avant l'heure à cause des remarques et des conneries récurrentes de l'aîné. Oksana sentit un poids en moins sur sa tête et vit son frère enlever la créature de sa tête pour la fourrer dans son sac. Main dans la main (noter l'ironie dans cette phrase), Oksana et Olek se dirigèrent vers la Tour Eiffel pour des tacos. Oksana n'était pas une obsédée des tacos(pas comme son frère), rien ne valait à ses yeux un petit plat de quinoa et de soja.  « Dis, tu as fait tes devoirs ? J'veux dire, évidemment que tu les as fait. La vraie question, c'est quand tu vas me les passer. » Elle souleva un sourcil étonnée par la stupidité de la question. « Pour qui tu me prends, Olek ? Pour toi?Tu sais bien que j'ai toujours quelques semaines d'avances sur mes devoirs »). « Pas pour te copier, tu me comprends - je suis siii intelligent - je pourrais peut-être le corriger; Merlin sait que tu en as besoin ! » « Et Merlin se demande encore ce que tu peux bien faire dans sa maison ! » Et, elle reçue un coup de coude de la part de l'autre Druide lui coupant le souffle sur le moment. Puis deux tentacules tentèrent de l’étouffer. Elle balança les bras dans tout les sens pour ainsi faire lâcher prise de son frère. Pire que Pulco ! Elle entendit vaguement la phrase de l'autre fraise, avec le nom de leur terrible professeur de DCFM. Quand, elle réussit à reprendre son souffle, elle sentit contre sa joue et une langue taquine. Pause. Venait-elle de dire langue ? Oksana ouvrit les yeux en grand en voyant l'horreur de la situation. Oh les petits pois farcis ! « Mais  tu es un porc Olek! » Elle se laissa tirer par son frère vers la Tour Eiffel en direction du vendeur de tacos ambulant. Certes, ce n'était pas une fana des tacos, mais si son frère l'invitait elle allait pas se priver de cette opportunité ! « Tu t'es trouvé un p'tit job pour les vacances ? Pas qu'on en ait vraiment besoin mais, tu sais, c'est bien des fois de faire quelque chose de sa vie. »« Je pense plutôt passer les vacances à réviser pour notre dernière année et j'aiderai Maman. Pendant que certain ira faire nudisme auprès de pauvres jeunes filles qui seront traumatisées à vie ! »répondit narquoisement Oksana en croquant dans le tacos tout en regardant les pigeons s'envoler dans un joyeux vacarmes de piaillement et de plumes.

HRP:
 




TragicLove
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
BES-BBS :: Le Commencement :: Recensement :: Rps terminés-
Sauter vers: