RSS
RSS



 

 :: Le Commencement :: Recensement :: Rps terminés Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

{TGV} (FT Deli) Une Rousse et une Blonde

avatar
Oksana Romanov-R.
Famille Titania
Race : Druide

Messages : 92
Baguettes en sucre : 10
Date d'inscription : 14/01/2017
Nom de l'avatar : Sophie Turner
DC : Lysette + Monette
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 25 Avr - 18:06

Une Rousse et une Blonde


Les feuilles frémissaient au doux son du vent. Le soleil planait au ciel, baignant la ville d'une atmosphère chaude. Une fille marchait parmi les gens. À cause de la clarté, ses cheveux paraissaient flamme, éblouissant ceux qui s'attarder trop sur cette chevelure. Le visage fin de la jeune fille était éclairé par un doux sourire redonnant une certaine candeur à ce visage de jeune femme.

Aujourd'hui, était un jour parfait pour Oksana. Elle avait réussi à obtenir la permission de ses parents pour aller TOUTE SEULE à la libraire non loin de la maison. La rousse avait économisé pendant des mois, pour ce jour. Elle allait pouvoir passer sa journée entourée de livres regorgeant d'histoires plus merveilleuses les unes que les autres. De plus, elle avait finit toute sa réserve de livres sur les créatures magiques, son recueil sur la faune et la flore et sa collection de livres de médecine. Un véritable supplice pour une dévoreuse de bouquin. Puis, elle était une véritable habituée de la librairie George Sand. Cette librairie était juste géniale. Car, elle possédait des livres sorciers et moldus !

Le tintement de la clochette lui redonna du baume au cœur. La voilà, au temples des auteurs. Elle se précipita avec la grâce d'un pachyderme au rayon créatures magiques, sélectionna plusieurs livres puis couru presque vers l'autre rayon : celui de la médecine. Les bras chargés de livres de tout genres, elle ne fit pas attention et rentra dans quelqu'un. Elle eut juste le temps d’apercevoir des mèches blondes. Que ses fesses rencontra le parquet froid de la boutique. « Désolée.  » Bredouilla Oksie. Elle se releva rapidement et croisa un regard qu'elle connaissait déjà. Que faisait ici Mademoiselle Lorkins ? Ce qu'elle pouvait être stupide, la blonde était ici aussi pour acheter des livres. La druide en serait presque venue à se frapper le front contre le mur pour sa bêtise. La rousse remarque que l'aînée avait dans ses mains des livres de médecines. Ses lèvres se pincèrent signe qu'elle mourrait d'envie de la questionner sur son métier.

,
#iwhae pour epicode




TragicLove
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Delilah Prince Lorkins
Centre de la recherche
Messages : 88
Baguettes en sucre : 3
Date d'inscription : 02/04/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 26 Avr - 14:52




















 ❝ ROX & BLONDIE ❞
ft. Oksana Roumainov ~



Pfff. Quelle journée. Le printemps était finalement arrivé, entraînant avec lui ses doux problèmes. Deli aurait pu ne pas y faire attention, si toute son équipe n'y était pas confrontée - oui, ce n'était pas parce qu'elle était la plus jeune du groupe qu'elle ne pouvait pas en être la chef... Essayez de la contredire, allez-y.
1 - La moitié de ses collègues souffrait d'allergies. A croire qu'ils n'avaient pas choisi de rester enfermés au sous-sol de l'hôpital pour rien. Il était donc difficile pour eux d'établir une conversation en-dehors de leurs heures de travail, et encore plus difficile de les amener jusque là. Depuis qu'elle tait là, la blonde avait pris l'habitude de correctement fermer la salle - et depuis la nouvelle saison, également toutes les fenêtres. Ils allaient étouffer, ou moisir - selon ce qui était le plus rapide. Personne n'était donc en mesure de sortir de chez lui afin d'agrémenter les recherches, laissant à Deli le devoir de leur foutre de grand coup de pied qui les rendront bien stériles. Deli, qu'ils avaient du mal à approcher sous prétexte que "les demi-fées allergènes, j'en connais pas". Elle allait tous les tuer, ou les mordre - vite, qu'on appelle Coquelicot, elle s'en chargera pour elle (remarque, elle l'avait déjà proposé). Il était donc devenu difficile de traiter des cas et maladies extérieurs, les allergies magiques interférant bien souvent avec les capacités de ces derniers.
2 - Il fallait guérir ces allergies. Car développées, elles avaient un risque de se transmettre - et de mettre en péril son travail. Elle étudiait encore de près la lycanthropie avec son chien-garou préféré, ainsi qu'un peu plus en cachette les effets secondaires d'un vampirisme trop refoulé (jusque là, elle n'avait que des dents un peu plus pointues et une soif hors-norme pour la sangria).
3 - Elle n'avait aucunement envie de le faire. Qu'ils se guérissent tout seuls ! Elle avait l'impression de se retrouver à Poudlard, devant un élève qui tentait de mettre le grappin sur elle ne savait que trop bien. Si un nouvel élève l'attendait devant les urinoirs avec un "moi mon verre, je ne le vois qu'à moiti-fée" elle lui exploserait la trachée avec ses dents de devant.

Mais comme son travail était rempli de sacrifice, Deli avait bien été obligé de se rendre dans une librairie pour consulter toutes les ressources dont elle aurait ou non besoin. Elle connaissait son rayon - à vrai dire, elle connaissait la vendeuse - et s'empressa d'y arriver. Aussitôt arrivée, aussitôt repartie se disait-elle avant de se prendre une autre gamine incompétente dans le coude.
La jeune Lorkins renifla - elle n'aurait plus qu'à choper une allergie, elle aussi - et se tourna vers l'arrivante qui venait de faire tomber plus de livres qu'il n'en fallait pour la voir encore.
Evidemment, elle se souvenait d'elle... Brièvement, elle avait mille élèves à soigner à Poudlard, une fois par mois. Mais il lui semblait bien qu'elle fut alors une habituée, aussi elle attendit qu'elle eut récupéré tous ses livres sauf un pour le lui tendre, moyennement bienveillante. Après tout, elle venait de souiller de son corps tout frêle son territoire. C'était Miss Roumainov - Roumainov, exactement. N'était-ce pas Jean Frisson qui l'appelait la Roumaine ? Delilah s'autorisa un petit rire - qui n'avait pas pour but de l'effrayer, quoiqu'il en soit. « Pas de quoi » Répondit-elle en essuyant la muraille de poussière qui s'était formé sur le dos de la rousse. « J'allais partir de toute façon, je suis assez pressée » Indiqua-t-elle en montrant les quelques livres qu'elle avait sous le bras. George Sand prêtait volontiers ses livres au personnel de l'hôpital - en échange qu'ils les ramènent en bon état. « Comme tu peux le voir » enchaîna-t-elle avant de marquer une pause, comme si aucune urgence ne pouvait l'empêcher de compter le nombre d'étoiles qu'il y avait dans le ciel en cet instant précis (et c'était zéro). « Je déteste le printemps » Conclut-elle alors que son nez commençait à la démanger sérieusement. Elle enfouit ses bouquins dans son sac, sous l'oeil inquisiteur de Mme Sable (la propriétaire). « Café » décréta Deli sans vraiment lui demander son avis avant de sortir de la librairie pour se diriger vers La Bonne Patte - des en-cas servis par un chat.





© Code de Phoenix O'Connell pour Never-Utopia
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Oksana Romanov-R.
Famille Titania
Race : Druide

Messages : 92
Baguettes en sucre : 10
Date d'inscription : 14/01/2017
Nom de l'avatar : Sophie Turner
DC : Lysette + Monette
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 26 Avr - 18:31

«Merci » bredouilla Oksana en récupérant son livre. Elle était pas du genre à se laisser impressionner, mais elle ne pouvait s'empêcher d'être admirative devant leur infirmière. La rousse se pétrifia devant le subtile toucher de la Lorkins. Elle se dégagea de la main qui lui enleva probablement la poussière et les saletés. Son frère se serait bien moquer d'elle, devant son manque flagrant de conversation. Pourtant elle mourrait d'envie de l’interroger sur son métier de chercheuse, sur les livres qu'elle venait de prendre. Sa tête bouillonnait de questions sans réponses. Sa curiosité prenait le pas sur sa raison. Et, elle dû se freinait pour ne pas envahir la blonde de toutes ses interrogations.  

Oksana s'autorisa un petit sourire en voyant son aînée parlait avec le nez. Étrangement, elle trouvait ça... mignon. Bien, qu'elle avait dû mal à  associer Mademoiselle Lorkins au mot mignon, car c'était une faute flagrante d'un manque de respect. Oui, Ok's se prenait beaucoup trop la tête pour les petits détails insignifiants de la vie. En face d'elle, la blonde déclara naturellement qu'elle détestait le printemps. Cette déclaration fit sortir Oksana de ses pensées. Ah. Elle ne savait pas trop quoi répondre. Pour la rousse, c'était l'une de ses saisons favorites. Puis, elle était née le jour du printemps le comble pour un druide. Bien, qu'elle se doutait pourquoi l'autre détestait cette saison à cause des allergies. Relevant la tête, elle vit l'autre fille sortir de la librairie après avoir déclaré «Café» .

La druide devait vite trouver une solution la première était de payer la libraire puis de se précipiter vers la Lorkins et peut-être enfin entamer une vrai conversation. Elle jeta l'argent sur le comptoir et ne prit même pas le temps de récupérer la monnaie. Après un au revoir crié à l'attention de la vendeuse. L'Ukrainienne s'élança vers la Suédoise.  «Attends ! » s'exclama Oksana, elle se mordit la lèvre signe de gêne puis enchaîna  «Je-je, si cela ne te gênes j'ai quelques questions concernant ton travaille de chercheuse et... si tu veux j'ai un mouchoir imbibé d'huile essentiel qui pourrait t'aider face aux allergies. » dit-elle en tendant un mouchoir bleu avec des initiales. Franchement, Ok's tu es la personne la moins douée pour discuter avec les gens, marmonna celle-ci pour elle-même.  Si, la blonde ne fuyait pas après ça, chapeau ! Surtout face au sourire crispé qu'abordait la rousse.

#iwhae pour epicode




TragicLove
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Delilah Prince Lorkins
Centre de la recherche
Messages : 88
Baguettes en sucre : 3
Date d'inscription : 02/04/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 8 Mai - 13:58




















 ❝ ROX & BLONDIE ❞
ft. Oksana Roumainov ~



De mieux en mieux. Deli devait ressembler à un clown, avec ses talons et son nez rouge. Au moins avait-elle une chance de ne pas se faire siffler dans la rue... Et de ne pas avoir à briser à nouveau tous les espoirs de quelqu'un d'un doigt présomptueux - disons qu'elle n'était pas la seule à être majeure. Non, franchement, elle était trop belle pour ne pas que l'on se retourne sur son passage, il fallait qu'elle trouve autre chose. Elle ne répondit pas face à la demande du vieux mouchoir à usage unique qui allait sans doute l'empoisonner à vie mais nota l'idée dans un coin de sa tête si ses collègues l'embêtaient à nouveau - elle allait les étouffer dans un petit mouchoir en papier, emballé c'est pesé.

Elle réfléchissait, imposant un certain silence et du respect, tandis qu'elle se dirigeait vers l'avenue du colonel Tanguy. Des questions ? Bien. Elle avait trop de réponses, elle pouvait bien en gaspiller quelques unes pour une petite écervelée aussi incertaine que son projet scolaire - la blonde avait eu le temps de l'analyser, depuis le temps. Elle voyait les choses en grand, se verrait sûrement ministre et verrait tous ses espoirs réduits à néant. Evidemment, à l'école, ils étaient supposés les aider dans la bonne direction, mais Delilah ne pouvait décemment pas la laisser foncer dans un mur. Et pourtant, elle allait essayer. « Je t'écoute » décréta-t-elle sans vraiment le penser, perdue dans son propre esprit qu'elle allait s'empresser de noyer dans un café allongé.

L'été ne s'annonçait pas mieux. Rien qu'en regardant le ciel actuel, elle s'attendait déjà à un beau soleil avenant qui réchaufferait le coeur de tous les habitants. Elle détestait ça. Elle n'était pas un fucking bisounours, nom d'un Le Fay, et elle allait devoir bosser. Peut-être que la rouquine pourrait lui servir de stagiaire et par la même occasion de plateau repas ? La chercheuse n'avait jamais compris pourquoi l'été était la saison la plus prisée par les hôpitaux. Pourquoi dès qu'il faisait beau tout le monde se sentait une âme aventureuse et se cassait la clavicule contre leur escalier en marbre ? C'était également la saison qui avait le moins de sens à ses yeux. Elle était obligée de se pencher vers les cas "normaux", et n'avait plus de temps pour ses projets atypiques. Mais apparemment, elle ne pourrait travailler confortablement qu'en automne. C'est fou le nombre de personnes qui aimaient se vautrer le jour de Noël... En tout cas, pas elle.

Moui, ils avaient toujours besoin d'assistant-ménage au rez-de-chaussée et dans les étages. Entre les personnes qui se décidaient à pisser du sang pour faire leur intéressant, et tous les touristes venus visiter leur hôpital en sautant du troisième étage... Elle n'avait pas décidé de sa position pour s'occuper des malades de saison. "Delilah" ne signifiait pas "pose-moi tout là". Ce n'était pas pour rien que "Prince" suivait son prénom, c'est qu'après tout elle avait un nom de renom !





© Code de Phoenix O'Connell pour Never-Utopia
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Oksana Romanov-R.
Famille Titania
Race : Druide

Messages : 92
Baguettes en sucre : 10
Date d'inscription : 14/01/2017
Nom de l'avatar : Sophie Turner
DC : Lysette + Monette
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 7 Juin - 14:53

Sur le moment Oksana se sentait stupide. Elle avait aborder la blonde, la dérangeant par la même occasion. Et, la voilà maintenant dépourvu de toute répartit et les mots ne voulant pas sortir de sa bouche. Se mordillant la lèvre, Oksie était gênée et impressionnée par la blonde qui était pourtant pas plus âgée qu'elle. « Je.. Je suis passionnée de médecine et plus tard j'aimerais en faire mon métier. Et..Et que dois-je faire pour pouvoir rentrer dans le service hospitalier ? »Voilà, elle venait de cracher le morceau mais son angoisse était toujours présente. Pourtant, elle n'était pas quelqu'un qui se laisser intimider facilement quand on avait une fraise comme frère. Il fallait avoir du caractère surtout avec toutes les bêtises qu'il avait fait et qu'il lui avait fait porter le chapeau. De toute façon, elle s'était déjà vengée comme avec la tâche sur la robe de marier ou encore ce vase affreux de maman. La rousse retient un rire machiavélique qui en aurait fait pâlir un fantôme. Mouais. Certes ce n'était pas la meilleure référence mais sur le moment elle n'avait que ça en tête.

Bon, elle devait se ressaisir et montrer le dragon qui sommeillait en elle ! Levant la tête, se mettant droite, Oksana affrontait du regard la blonde. On était une Titanien ou on l'était pas ! Se remettant une mèche derrière l'oreille qui lui avait barrer la vue quelques minutes plus tôt à cause de la brise fraîche qui refléter la saison. Sous son bras se trouver les livres qu'elle avait acquérir et elle espérait en apprendre encore plus grâce à eux. Une mordue. Une mordue de littérature. De médecine, de plante et de créatures et êtres magiques.

#iwhae pour epicode




TragicLove
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Delilah Prince Lorkins
Centre de la recherche
Messages : 88
Baguettes en sucre : 3
Date d'inscription : 02/04/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 25 Juin - 15:15
HRP:
 

Delilah la Superbe - comme on la connaissait sous ce nom - haussa un sourcil face à la nouvelle venue, aussi joliment rousse que têtue. Les personnes les plus savantes n'avaient généralement aucun envie à venir rejoindre l'étage sombre des chercheurs nocturnes. C'était sans doute pourquoi que la petite avait élargi sa recherche à "service hospitalier", afin de toujours pouvoir se sortir de tout ce merdier si elle en avait momentanément besoin - et dans le domaine de la recherche, ce besoin était permanent.

Autant se faire plaisir, autant la déprimer à jamais. En même temps, si la jeune fille tenait réellement à travailler à ses côtés, c'était qu'il devait déjà y avoir un problème mental, au moins depuis la naissance. Ce qui était étrange, c'était que c'était généralement la famille de Morgan qui regroupait les délinquants et autres marginaux et exclus de la société.

Les deux demoiselles arrivèrent en boutiques et s'assirent au bar. La plus grande commanda deux verres à l'apparence suspecte et s'alluma un cigare. Elle sortait le grand jeu. Adossée naturellement contre le comptoir, elle le passa quelques secondes à l'élève afin qu'elle en tire une taffe - tu m'as entendu te demander ton avis ? On aurait dit Charlie Chaplin sous ecstasy, Deli adorait ça, Deli continuait.

« C'est pas drôle tous les jours tu sais » La blonde haussa les épaules. « Les études sont assez compliquées, et les seuls niveaux faciles d'accès sont les plus renfermés » expliqua-t-elle brièvement avant d'abuser de son cigare et de la gentillesse de la fille. Elle posa sans grâce aucune sa veste et indiqua un badge qui, malgré la propreté magique, n'étincelait pas grand chose. « Pour plusieurs raisons, j'ai choisi le département de la recherche. On fait des expériences et on a pas mal de liberté - puisque nos recherches sont souvent en lien avec le ministère de la magie dont on dépend principalement » L'infirmière but son verre cul-sec - comme de l'eau - et incita la petite à en faire autant. « Fais-toi plaisir, je t'invite, le labo travaille sur des anti-bourratifs » ajouta-t-elle afin de rassurer moyennement sa nouvelle pote de beuverie. « Mais bon, il y a des points négatifs partout : je travaille plus, moins bien payée; c'est un boulot ingrat où tu n'as aucune reconnaissance et tous mes collègues sont dépressifs à force d'être enfermés dans un trois mètres carré avec moi... Mais sinon c'est sympa » admit-elle. « Cela va faire un an que j'y suis; j'ai beau être nouvelle, le département manque tellement de monde que je me suis déjà mise au travail depuis mi-septembre. Mais bon, je pourrais aussi te donner plein d'avantages. Les primes sont généreuses si tu arrives à soigner quelque chose et tu découvres des personnes à côté de qui tu passerais sans t'en rendre compte » La chercheuse réfléchit quelques instants, la laissant digérer les différentes informations avant de reprendre. « Je n'ai pas le droit de te révéler la teneur des expériences mais si tu es intéressée par d'autres étages je peux te conseiller. En effet, lorsque tu veux travailler dans le service hospitalier, peu importe où, tu dois d'abord faire de longs stages d'aides à la personne, de cours de soins et d'autres. Tu peux commencer à partir de ta dernière année d'école, si tu t'en sors bien. Juste besoin d'avoir l'autorisation de la directrice et tu seras à mi-temps en service. Si tu juges que cela reste trop dur, tu peux bien évidemment commencer l'été suivant, ou à la rentrée d'après, mais c'est toujours mieux d'avoir un peu d'avance; surtout si ta profession te demande de longues années d'apprentissage. » La blonde lui fit un clin d'oeil et marqua une pause. Elle ne faisait que de parler, quand bien même était-ce le souhait de cette première, elle n'avait peut-être pas demandé autant de savoir. Too bad ? « Je ne sais pas si tu avais des questions, précisément ? Je peux continuer à te parler inlassablement de mon travail, mais j'ai plus l'impression que l'échange aura de la valeur, si toi aussi tu participes. » La femme tira jusqu'à la moelle sur son cigare, l'éteignit et s'amusa avec une bouteille vide, la sienne. Oh, happy days !
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
BES-BBS :: Le Commencement :: Recensement :: Rps terminés-
Sauter vers: