RSS
RSS



 

 :: Le Commencement :: L'épreuve :: Epreuves validées Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Par le slip puant de Merlin...

avatar
William Allen
Famille Obéron
Messages : 7
Baguettes en sucre : 0
Date d'inscription : 07/06/2017
Age : 17
Nom de l'avatar : Dane Dehaan
Eat, play Quidditch, sleep and repeat.
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 9 Juin - 13:08

La trilogie de l'épreuve
Rien à voir avec ce moldu de James Dashner.


épreuve I.

VAvais-je vraiment le choix ? Pouvais-je changer les choses ? Ai-je fait le choix ?
Certains diront qu’on a toujours le choix mais je ne suis pas là pour parler philosophie. Non,  vraiment pas. Déjà j’ai jamais aimé la philosophie mais je serais déjà mort avant d’avoir pût vous expliquer.

Ou étais-je ? Autour de moi il n’y avait que chaos, mort et destruction. Au sol des cadavres, d’enfants, d’adultes, de femmes et d’hommes. Oui, la guerre n’épargnait personne. Ma vision n’était pas claire, je voyais flou, à peine devant moi, le sang gouttant devant mes yeux, mêlé sans doute à la sueur gouttant sur mon front. Il y avait des débris, des ruines, des corps écrasés par des pierres. Je passais mes mains dans mes cheveux roux. Je saignais mais je n’aurais pas sût dire d’où j’avais été blessé. Le sang, c’est tout ce que je voyais, je le sentais couler le long de ma peau, le long de mon visage. J’avais mal partout, je boitais, pourtant j’étais encore en vie pas comme mes amis. Mon bras était en partie brûlé et j’avais des traces sur le visage. Je relevais une mèche qui me cachait la vue. Tout ce que je savais c’était que c’était la guerre. Je n’ai pas de mots pour décrire la guerre. Si je le faisais, vous n’en auriez pas fini. Mais me battre était mon devoir. Je n’étais pas obligé mais je le devais et je le savais au plus profond de moi.
J’avais toujours crus être fort mais maintenant je devais être fort, physiquement, mentalement, pour moi, pour ma famille, pour mes amis.
J’avançais, j’errais, essayant de tenir debout. J’étais seul, il ne restait personne. J’aurais pleuré mais je ne pouvais pas. Et puis un nouvel adversaire, encore un. J’aurais aimé renoncer mais une force me portait. Une force venant de ceux que j’avais perdus. De ceux qui m’étaient le plus cher. Sur ce champ de bataille, j’avançais avec peine. Sur le champ de Mars, je luttais. Ironique quand on sait que Mars est le Dieu de la Guerre. Il entendit un ricanement, une voix, provenant de son adversaire. Mage noir ou leprechaun ça en revenait au même à cet instant. Il retenait son ami, plus qu’un ami, un frère. Ce qu’il entretenait avec son ami était indescriptible. Comme s’ils étaient reliés au plus profond d’eux-mêmes. Reliés par leurs âmes.  
Devais-je me rendre ? Non bien sûr, il n’allait pas laisser mon ami et me laisser en vie si je me rendais. La fin était inévitable. Maintenant j’avais le choix. Le choix de ma façon de mourir. J’ai hurlé un mot, comme un cri. Un cri qu’on n’entendait que dans les récits de la mythologie nordique. Valhalla. Pourquoi ? Allez-savoir ! J’ai hurlé ce mot, j’ai jeté un maléfice que j’avais appris à Salem. Mon maléfice s’écrasa sur un mur. Le sien me projeta contre un mur. Je baissais les yeux sur ma poitrine, ma vue devenant rouge et puis le Néant...


La première épreuve s'achève,
mais d'autres bien plus affligeantes vous attendent...

code (c) black pumpkin






épreuve II.

J’ouvris les yeux. Je sentais la pierre froide contre mon dos nu. Mon t-shirt était en lambeaux. Je ne voyais rien, c’était le noir complet. Je n’avais pas peur du noir. J’avais d’autres peurs enfouis au fond de moi. Je n’avais plus mal. Pourtant je sentais toujours le sang, la sueur couler sur ma peau. Le  visage méconnaissable. Je passais ma main dans mes cheveux et essuyait mon front. Mes mains étaient tâchées de mon sang. Un sang qui semblait noirâtre dans l’obscurité à laquelle mes yeux commençaient à peine à s’habituer. Je sortis ma baguette de ma poche. Il fallait que je sache ou j’étais, ce qui m’attendait. Sans lumière, j’étais déjà mort. Je lançais un lumos et observa les alentours. De chaque côté, des murs de pierres froides parsemés de ronces par endroits. Je réfléchis un moment ce que ça pouvait être et je finis par me convaincre que je me trouvais dans un labyrinthe. Je soupirais. C’était d’un cliché. Je levais la tête vers le ciel. Les murs étaient bien trop grands pour être escaladés. A moins que... Non, oublie cette idée, 10 mornilles que je tombe sur une bande de harpies et que je chute de tout en haut. Je connaissais bien un sortilège qui pouvait m’aider. Je lançais l’enchantement des Quatre-Points en murmurant la formule Pointe au Nord.

Je commençais à marcher, éclairé par l’aura du sort de ma baguette. C’était calme. Trop calme. Je m’attendais déjà à ce qui pourrait arriver. J’imaginais des créatures rôdant le labyrinthe, cherchant de la viande fraîche. Je préférais largement me confronter à un mage noir qu’à une créature dont je ne connaissais rien, d’autant plus que je n’étais pas très à l’écoute lors des cours consacrés à l’étude des créatures fantastiques. En fait, si c’était seul et petit, je pourrais m’en débarrasser facilement par contre si c’était gros ou en meute ce n’était pas gagné bien que je connaisse certains sorts très pratiques.  

Il ne manquait plus que ça. Des bruits, bien sûr ça aurait sans doute dû me rassurer mais ce n’étais pas vraiment le cas. Les bruits se rapprochaient de plus en plus alors que je continuais mon chemin.  D’abord des bruits semblant des pas sur le sol mais aussi des grattements sur le mur pâle. Il tourna à droite puis à gauche et puis...
Une vision d’horreur. Une immense créature. Ailée en plus. Un griffon. Elle me chargea  et je tombais au sol. Je la vie se jeter sur moi et je la visa et lui envoya un sortilège par réflexe. Elle disparut après l’explosion. Je repris mon souffle alors que ma respiration était haletante. Une ombre couvre ma vue avant que l’obscurité s’empare de moi et que ma poitrine semble se déchirer...


Vous vous croyez au bout de vos peines, mais vous vous méprenez : le meilleur pour la fin...

code (c) black pumpkin







épreuve III.

Je sens un carrelage froid contre mon dos qui me fait me lever. Je tourne autour de moi et je crois que je rêve. Je suis dans une pièce remplis de miroirs. En y réfléchissant ça me fait penser à ces attractions de moldus qu'on trouve dans certains parcs à thèmes qui déforment le corps et le visage des personnes qui y entrent. Sauf qu'en me regardant, je ne vois pas mon reflet se déformer pas physiquement en réalité.

Je regarde dans un premier miroir. Un des meilleurs moments de ma vie, j'étais le plus heureux. Tout me réussissait. Les études, check, la coupe de Quidditch, check, les filles, elles étaient à mes pieds et s'offraient presque à moi. Que demander de plus quand on a déjà tout ?

J'en observe un en particulier en second lieu et après quelques instants je pâlit. Des mauvais souvenirs. Voilà ce qu'il y avait. Des souvenirs que j'avais pensé avoir refoulé il y a déjà plusieurs années. A l'époque, j'étais un petit rouquin que personne ne remarquait. En fait, si on me remarquait mais seulement pour me mettre des bâtons dans les roues, sans mauvais jeu de main. Le Liam dans le miroir subit moquerie sur moquerie, coups sur coups. La nuit, hurle sa rage et déverse ses larmes dans son oreiller. Humiliation après humiliation. Liam était de l'autre côté de la rambarde de la tour la plus haute de Salem. Il allait sauté. Il avait sauté. Le vrai Liam sursauta. Non, ça ne s'était jamais passé comme ça. La réalité se déformait dans le miroir. Bien sûr qu'il avait à de multiples reprises, pensé à en finir avec sa pitoyable existence. Le jour, il se cachait derrière un masque mais la nuit une petite voix lui susurrait à l'oreille qu'il n'était rien, que personne ne le regretterait, qu'il ferait mieux d'en finir tant qu'il le pouvait encore. Et le jeune Liam se levait chaque matin, les yeux par terre, marchant sans but. La vie n'était qu'un long couloir sombre et monotone et il attendait. Il attendait tel une épave qui attend de couler définitivement.
Le coup partit rapidement. Il brisa le miroir. Son poing était en sang, des éclats de verre coincés dans ses phalanges. Il ne voulait pas revivre ses souvenirs d'enfance. Il ne voulait pas que quelqu'un sache qu'il avait longtemps souffert, qu'il avait été mal dans sa peau durant très longtemps.

Il hurla et s'acharna sur tous les autres miroir, les brisant, ne ressentant plus la douleur, ses mains criblés d'entailles et parsemés d'éclats de verre brisé. Il s'effondra au sol dans un cri en tapant du poing contre le soldat et puis le vide. Un vide cristallin...

Tu es ton propre pantin, alors fais attention.
A l'issu de cette épreuve, se déroulera ta répartition.

code (c) black pumpkin

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Obéron
Famille Obéron
Messages : 2
Baguettes en sucre : 0
Date d'inscription : 05/03/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 11 Juin - 15:42
Répartition
Sois patient, car ainsi se déroulera ta répartition...


Les trois épreuves


Dans cette famille,
sont répartis les joyeux.
Et du fondateur,
tout le monde est envieux.
Ici le roi Obéron,
et pour tout le monde
des bonbons !


Le chant qui faisait des louanges à sa famille se répercuta sur les murs de la salle. La grande salle était silencieuse, tandis que la mélodie de sa répartition retentissait. Le jeune Liam venait à peine de reprendre ses émotions, son stresse venait enfin de tomber et les épreuves étaient enfin achevées. L'un des quatre fondateurs s’avança au milieu de la pièce et d'un regard il fit taire les chuchotement. Ses deux orbes pétillantes de malices si caractéristiques à ceux de sa famille, il fit un grand sourire et posa sa main sur l'épaule du nouveau répartit.  Sa famille était remplie d'êtres extraordinaires.  « Jeune Weasley   , bienvenue dans la famille d'Obéron que le sort puisse t'être favorable. N'oublis pas, ton arrogance ne te sauveras pas toujours, la famille sera ton alliée le plus précieux et ta bonté aidera ton prochain.  » Obéron, roi des fées venait de parler et le silence qui avait prit place venait d'éclater. Les applaudissements retentissants en fanfare.  


Obéron tu seras.

code (c) black pumpkin

Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
BES-BBS :: Le Commencement :: L'épreuve :: Epreuves validées-
Sauter vers: