TOP SITE
Pensez à voter régulièrement!



 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 
Anonymous
Invité
Invité
❖ ❖ ❖ ❖
MessageDans les rues de la capitale | Dans les rues de la capitale EmptyLun 7 Jan - 12:02


La journée venait à peine de commencer, les rues de la capitale se réveillaient doucement. Camille marchait d'un pas décidé vers les bureaux de la poste avec une pile d'enveloppes sous le bras. Travailler a la confédération magique internationale n'était pas de tout repos, surtout quand les délégations étrangères n'étaient pas d'accord entre elles. La délégation des Etats Unis, en visite a Paris, demandait un travail considérable, avec les mesures de sécurités, les réservations d’hôtels et les plannings a tenir. Camille se retrouva vite devant la poste, encore fermée. Il regarda sa montre... 5 minutes a attendre. Il se frotta les mains et souffla dedans pour se réchauffer, l'air frais parisien lui griffait la peau de bon matin.
Il aurait pu envoyer ces lettres par hiboux, ce qui lui aurait permis de gagner du temps, mais Berthelot, son supérieur, lui avait bien dis :

"Attention obradinn, ces lettres sont d'une importances capitales, je veux que vous vous en occupiez vous même !"

Et le voici, a huit heures cinquante cinq minutes, a se geler devant la poste. Non pas quelle était loin du Ministère, mais il était au travail depuis deux heures déjà, et la journée allait être longue. Entre l'organisation des jeux internationaux magiques (qui se tiendrait dans cinq ans mais qui demandait une attention a temps plein), la visite diplomatique des Américains et les différents conflits de part le monde, Camille ne savait plus où donner de la tête et le département de la coopération magique était en ébullition.

9 heures. La devanture de la poste qui, juste avant l'ouverture, ressemblait a un mur tagué et défraîchi, laissa sa place a un grand bâtiment vitré, assez haut, qui n'était pas sans rappeler l'architecture du grand palais, a Paris. A l'intérieur, une statue en or faisait face a l'entrée. Elle représentait un sorcier, coiffée d'un casque ailé, entouré de hiboux et d'oiseaux. Des jets d'eau sortaient du becs de certains de ces oiseaux et retombaient doucement dans le bassin en dessous. Il y avait plusieurs guichets, tous alignés, en bois de chêne ou de noyer, parfaitement vernis et lustrés. Le bâtiment, presque entièrement fait de verre, était très lumineux et dégageaient une aura presque aérienne. Au murs s'étalaient pèle-mêle des offres promotionnelles, des formats de lettres spéciaux, des boites aux lettres... Il venait d'ouvrir et grouillait déjà comme une gare, les oiseaux allants et venants, déposant des piles de courrier ou s'élevant dans les airs avec des colis ou des enveloppes.

Il entra en premier et, comme a chaque fois dans ce bâtiment, les hululements de tout les oiseaux présents résonna dans le lieu. Il devait y avoir plus de deux milles hiboux et chouettes pour les trajets nationaux, et beaucoup d'aigles et de martinets pour les trajets beaucoup plus longs. Il se présenta a la guichetière et déposa le gros paquets de lettres.

"Tout ça doit partir aujourd'hui, dit il dans un souffle. La lettre qui bouge va a Minsk, la moitié pars un peu partout en France, vous avez les adresses dessus, l'autre moitié est pour les Etats Unis. En express."

A partir de là, la guichetière agita sa baguette et les lettres partirent une a une s'accrocher d'elle mêmes aux pattes des oiseaux, qui partirent aussitôt vers les fenêtres de la coupole, tout en haut du bâtiment. Il présenta a la jeune femme sa carte ministérielle. Celle ci la prit, écrivit le numéro de série sur son bloc note. Sur la feuille, le numéro s'illumina de jaune, comme si il brillait, puis redevint noir.

Il salua la jeune femme en lui souhaitant une bonne journée et sortir du bâtiment. Il regarda sa montre, neuf heures quinze. Le ministère n'était pas loin, il pouvait ne pas se presser.
Revenir en haut Aller en bas
Adam Pugh
Restaurateur d'Art
Nom de l'avatar : Stephen Amell
DC : Mel, Sascha, Pyractès, Haze
Age : 34
❖ ❖ ❖ ❖
MessageRe: Dans les rues de la capitale | Dans les rues de la capitale EmptyLun 7 Jan - 21:42


Adam frappa deux fois, puis deux fois et enfin une fois a la porte d'un vieux bâtiment délabré. La porte grinça en s'ouvrant toute seule et Adam entra en relevant le col de son duffel-coat. L'intérieur était peu lumineux, il sortit sa baguette et l'agita pour qu'un fin faisceau de lumière éclaire les lieux. Plusieurs rats noirs traversèrent le couloir et se faufilèrent dans un trou du mur. Il s'avança jusqu'au bout, et il se trouva devant une sorte de grand tableau montrant une scène moyenâgeuse où sorciers et moldus vivaient en paix.  où une voix, funèbre, s'éleva :

"QUI NE PEUT S’ÉLEVER ICI?"

Il tapota le visage d'un des moldus peints du bout de sa baguette. Le cadre s'effaça alors et une lumière chaude et des voix inondèrent le couloir. Il fit un pas et entra dans le bar illégal. Derrière lui, le mur réapparu. C'était une grande salle, dans un style purement art déco. Un énorme foyer bleu brûlait au fond de la pièce. La clientèle était assez hétéroclite, des gobelins, des elfes de maisons libre, et surtout des sorciers. Il s'installa dans un canapé style Baroque et un serveur aux cheveux longs et queue de pie vint prendre sa commande. Il commanda rapidement et commença a regarder un peu tout le monde. une voix féminine s'éleva derrière lui.

"Ça faisait longtemps, Sépurcral"

Il se tourna et eut un petit sourire. Une femme d'une quarantaine d'année, un verre de champagne a la main, le regardait d'un air malicieux.

"Tu n'as pas changé Joséphine, dit il en se levant et l'invitant a s'asseoir.

Joséphine avait été une partenaire d'Adam durant la grande guerre, quand ils se battaient pour Noir aude et leurs grande cause. Adam eu un petit sourire et lui lança un regard entendu. Puis il se levèrent tout les deux et se dirigèrent vers la cheminée du fond. Joséphine prononça un mot latin et toucha un petit livre. Le feu disparut alors un instant et passa au violet. Il y entrèrent alors tout les deux et se retrouvèrent dans une autre pièce, de même gabarit et de même style. Mais les gens présents étaient de vieilles connaissances.
Revenir en haut Aller en bas
 
Dans les rues de la capitale
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Dans le jardin d'Eden on est nu. Y a que Error qui respecte cette coutume ou quoi ? - PV LIONHEART.
» noms des rues
» [Resolu] Comment supprimer les images dans la visioneuse photo sur garmin etrex 20 ?
» Comment mettre une image dans une RichTextBox ?
» PhpBB2 : Problème de marges dans les citations

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
BES-BBS :: Paris :: Terrasse du bord de l'eau :: La Poste Nationale Magique-
Sauter vers: