RSS
RSS



 

 :: Le Commencement :: L'épreuve :: Epreuves validées Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Olek et ses pastèques ♥ Finite Incantatem

avatar
Oleksander O. Romanov-R.
Famille Merlinois
Messages : 148
Baguettes en sucre : 16
Date d'inscription : 14/01/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 8 Fév - 21:42

La trilogie de l'épreuve
Rien à voir avec ce moldu de James Dashner.


épreuve I.

Ok. Il y a des moments dans la vie où vous devez choisir entre une bonne tarte aux potirons et une plâtrée de cupcakes tex-mex. Il y en a d'autres, en revanche, où vous devez trancher entre sauver la vie de votre ami, ou la votre. Pour Olek, qui se retrouvait dans le deuxième cas, le choix était plutôt évident. Il leva les mains en l'air et sourit légèrement. Cette scène était très courante dans les films moldus, il avait attendu si longtemps pour la ressortir !
Le petit garçon d'à peine onze ans s'éclaircit la gorge, et déclama de sa petite voix aigue « Je me rends, tu as gagné ! On se refait une petite partie ? » Il tenta un maigre rire tandis que le monstre, de colère, poussa son ami sur le côté pour se précipiter vers lui. Nota Bene : les monstres n'ont pas le sens de l'humour. Le nouvel arrivant sortit sa baguette; elle faisait bien tâche, toute blanche dans ce paysage ensanglanté. Il ne savait pas vraiment s'en servir, elle n'avait donc pas non de grande utilité face à une créature qui s'apprêtait à arracher la peau de son petit visage d'ange avec les mains.
Bon. Bon bon. Il avait entendu ses parents lui conter mille et une fois tout ce qui était en leur savoir sur les créatures, alors en deux secondes, peut-être pouvait-il s'en resservir ? Le descriptif d'abord. Grand, pas très intelligent, pas très rapide. L'analyse venait ensuite. Sa vue semblait basse et il était sûrement assez facile de lui passer entre les jambes lorsqu'il regardait à côté. Quoi d'autre ? Il ne pouvait pas être précis, ni définir de stratégie. Sans qu'il eut trop le choix, Olek esquiva deux coups mais se prit largement le troisième dans les reins. Ouch ! Il devait se montrer plus malin. Il était petit, rapide et agile. C'était déjà un bon plan. Sans réfléchir à la suite des évènements, le Romanov-Rousseau s'enquit de ramper en-dessous de ses jambes... Trop tard. Il se fit attraper et fut catapulté sur son dos. Il essaya de lui donner des coups avec la baguette, mais elle se cassa et retomba sur le sol. La créature se secouait désormais dans tous les sens. Rodéo ! En avant, en arrière... Le petit garçon tomba finalement à la renverse, entendant un léger "cric" qui indiquait que son dos ne le supporterait plus. Ses paupières se fermèrent et le monstre prit l'avantage.

La première épreuve s'achève,
mais d'autres bien plus affligeantes vous attendent...

code (c) black pumpkin






épreuve II.

Olek se réveilla dans la pénombre. En fait, il ne savait pas vraiment s'il s'éveillait ou mourait lentement; son combat avec la créature l'avait laissé sans forces aucunes. Pourtant, il savait que ce n'était que le début d'une longue suite d'épreuves dont il n'avait connu que la moins éprouvante. Il s'essuya son front couvert de sueurs et se redressa, surpris mais soulagé que son dos ne se soit pas brisé en mille morceaux. Sa baguette, elle aussi, était fragilement entreposée dans sa main gauche, où des petits doigts se repliaient sur le manche. Tout ce qu'il pouvait voir était le ciel parsemé d'étoiles... Et de millions de ronces qui le retenaient prisonnier de sa forteresse imaginaire.
Où était-il ? Combien de temps avait-il dormi ? L'étudiant-to-be secoua sa tête tandis qu'une grosse mèche de cheveux tombait sur son visage pâle. Il la décala d'un geste nonchalant et regarda autour de lui, finalement sur ses jambes. Au moins il ne pleuvait pas ! Le ciel était assez dégagé et il pouvait sûrement se repérer par rapport aux étoiles. Il savait rudimentairement comment faire; se situer, situer la sortie, et faire le chemin entre les deux. Il voyait le ciel, d'accord... Mais ne se voyait pas lui-même, et sans tendre l'oreille il discernait déjà les créatures qui rôdaient non loin, ravies d'avoir quelque chose à se mettre sous la dent. Et si Olek aimait beaucoup les amuses-bouches, il aimait beaucoup moins l'idée d'en être un. La situation était précaire, mais un peu de lumière ne lui ferait pas de mal. Avec un peu de chance, les créatures étaient aveugles, et seulement capables de sentir ses mouvements. Il ne connaissait pas vraiment les formules, mais en secouant sa baguette très fort, il parvint à créer quelques étincelles qui étaient bien suffisantes pour ce qu'il allait en faire. Si la sortie était au sud et qu'il se trouvait à l'est, il n'aurait qu'à prendre l'ouest et revenir vers le sud pour se trouver sur le bon chemin. Plus facile à dire qu'à faire ! Au moins, cette fois-ci, il était tout seul; il ne risquait la vie de personne d'autre que la sienne et la balade nocturne n'était pas désagréable.
L'enfant fit demi-tour. Il avança donc où il pouvait, tantôt à gauche, tantôt tout droit, le plus silencieusement possible. Jusque là, il s'en sortait bien; ce n'était pas l'épreuve la plus désagréable. La première demandait d'avantage de vivacité physique, celle-ci s'attardait sur la vivacité d'esprit. Son corps de petit garçon ne lui permettait pas de grandes prouesses mais son cerveau était déjà suffisamment affûté. C'était sûrement ça le challenge; lorsque l'on n'a pas les capacités, c'est le courage et la bonne volonté qui vont tout déterminer. Un grognement se fit entendre derrière lui. La lumière n'était pas forcément une très bonne idée... Et plus il avançait, plus l'endroit lui paraissait familier : c'était le Labyrinthe, ils étaient passés devant lors de leur chemin vers le château, là où la répartition avait originellement lieu. Le labyrinthe regroupait les créatures les plus dangereuses, et maintenant, les élèves les plus perdus du château. Il rangea sa baguette, se collant le plus possible aux ronces. Son sang se répandait légèrement sur la terre humide. Il fit la moue; ce n'était décidément pas sa soirée. Cette créature était donc attirée par la lumière, et à en juger par la terre qui tremblait sous ses pieds, avait amené ses copines. Si le silence n'avait pas été primordial, il aurait sûrement crié « Venez les filles, y'en aura pour tout le monde ! ». Il savait qu'il ne risquait pas sa vie, ce n'était pas drôle; il n'allait pas crier pour une simulation. Il les laissa ronronner dans le coin avant de reprendre sa route vers le sud. Dans le noir, il se cognait plusieurs fois et ses mains en sang commençaient à faire mal. Mais ce n'était pas vraiment important, rien de tout cela n'était vraiment réel; et si cela l'était, il était vraiment une personne fantastique. Il se heurta à plusieurs culs-de-sacs avant de pouvoir réellement reprendre son chemin. Peut-être que cela n'avait pas de fin ? Il continuerait sa route de toute façon, il était un gars patient (sauf lorsque cela embêtait sa mère, dans ce cas il était de loin le garçon le plus impatient du monde). Nouveau son, nouvelle bête. Nouvelle... Plutôt nouvelles. Il en sentait une devant. Une derrière ? Zut. Pas d'échappatoire. Il se colla autant aux ronces qu'il le pouvait, du mauvais sens cette fois-ci; son visage dégoulina de sang, sa lèvre s'ouvrit... Il était quasiment sûr que les bêtes étaient parties, il ne les entendait plus - ou était-ce ses oreilles qui saignaient horriblement. Il se dégagea et sortit sa baguette; finalement un jet de lumières s'en échappa et Olek put regarder en face de lui. Mais ce n'était pas un cul-de-sac qui l'attendait, ou même des ronces; mais bien l'épouvantable face de troll de créature random soixante-quatre. L'image de son visage s'imprima dans sa rétine tandis que son épreuve se finissait lentement, la créature succombant à son désir le plus primitif; la faim.

Vous vous croyez au bout de vos peines, mais vous vous méprenez : le meilleur pour la fin...

code (c) black pumpkin







épreuve III.

Lumière. La prochaine chose qu'Olek fut forcé de constater fut le changement radical de luminosité. Le labyrinthe sombre avait été remplacé par une pièce épurée, éclairée par de puissantes lumières de chaque côté, mettant en valeur les miroirs qui faisaient dès lors office de mur. Chaque miroir reflétait une vision déformée de lui-même, qui se décrochait de plus en plus de la réalité. Le garçon fit un rapide tour de salle. Les premières images semblaient véridiques; c'était surtout des images de lui petits ou passant de bons moments avec des arbustes ou sa famille. Mais plus il regardait, moins il reconnaissait l'image; la mort de Bifidus se transformait en horrible meurtre; et tout était de sa faute. Cette pièce allait jouer sur sa conscience. Il ne savait pas trop quel but elle avait, ou quel dénouement espérer; il ne savait pas non plus combien d'épreuves il allait devoir affronter - les deux premières l'avaient déjà épuisé - mais il était prêt, prêt à tout. Alors il s'approcha du miroir qui lui paraissait le plus fourbe (un Olek insolent aux cheveux noirs cassait les jouets de sa petite soeur et frappait sa mère tandis qu'il brûlait la garde-robe de son père, bizarrement composée de cravates et costards). et en toucha calmement les bords. Le miroir semblait complètement normal; les bords lui firent même perler légèrement les doigts de sang. Ce n'était pas la première goutte qui tomba au sol, alors Olek n'y accorda pas vraiment d'importance.
Que pouvait-il bien faire ? La vision d'un tel mauvais esprit qui avait son apparence était confus pour le petit garçon, mais il savait qu'il n'était pas capable de telles ignominies. Il s'assit, dos à un miroir, face à une centaine d'ordre. Il n'avait qu'à les regarder, chercher les différences... Une heure passa, ce n'était sûrement pas ce qu'il devait faire, il devait s'affronter pas se reposer. Il se leva et colla son visage au miroir d'à côté. Plus près du mensonge, et paradoxalement de la vérité, Olek ne savait quoi faire. Lui qui avait toujours une idée de tout, sur le moment, sans réfléchir d'avantage, allait devoir faire des efforts. Wow. En voilà une qu'il n'avait pas vu venir. Il fit les cent pas. Que ferait Oks ? Elle le gronderait pour avoir dormi contre un miroir sale. Que ferait maman ? Elle le gronderait pour rien. Et Papa ? Il aurait très bien pu ne pas être là. Mais alors, que ferait Olek ?
Il tourna, tourna, tourna et tourna encore sur lui-même, pendant sûrement des heures, même si l'endroit semblait dépourvu de temps... Il tenta de se tourner en même temps vers tous les miroirs, mais cela n'était pas possible. Alors il s'approcha vers chacun, et répéta inlassablement « Tu n'es pas réel. » A chaque phrase, il touchait du doigt le miroir, comme s'il effleurait le bout du nez de quelqu'un. Et à chaque fois, le miroir s'évaporait. La salle, vide de miroir, se referma sur lui. Il avait encore une fois perdu. Contrairement aux miroirs, il n'avait pas assez réfléchi.

Tu es ton propre pantin, alors fais attention.
A l'issu de cette épreuve, se déroulera ta répartition.

code (c) black pumpkin



Merlin Man
© FRIMELDA
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Merlin L'Enchanteur
Famille Merlinois
Messages : 3
Baguettes en sucre : 0
Date d'inscription : 04/03/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 4 Mar - 21:03


« Merlin L'Enchanteur »



 Merlin portait bien son titre d'Erudit, et on peut dire que de ce côté là sa famille n'est guère décevante. C'est souvent la personne qui voit l'ascension et la décadence d'une personne sans bouger son petit doigt, le Merlinois (on dirait un oiseau, moi je suis fan) peut se montrer protecteur envers quelqu'un lorsqu'il en vaut la peine. Toutefois, la personne sait reconnaître une cause perdue quand elle en voit une - ou du moins selon elle. Enfin, c'est une personne qui prône l'égalité partout où elle va : que ferait l'injustice coude à coude avec l'intelligence ? Ces deux là ne vont pas ensemble, et le Merlinois saura faire la différence - et le faire remarquer. 

« Le vrai courage n'est pas de savoir quand supprimer une vie, mais quand en épargner une. »

La répartition:
 
 

Codage par Saphira pour EPICODE
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
BES-BBS :: Le Commencement :: L'épreuve :: Epreuves validées-
Sauter vers: