TOP SITE
Pensez à voter régulièrement!



 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 
avatar
Famille Titania
Messages : 137
Baguettes en sucre : 10
Date d'inscription : 14/01/2017
Nom de l'avatar : Sophie Turner
DC : Lily, Frannie, Temp'
❖ ❖ ❖ ❖
MessageDes assiettes qui volent et des torchons dans la gueule ! [FT OLEK] | Sam 9 Déc - 22:57




Des assiettes qui volent et des torchons dans la gueule !
Tel un manteau blanc, la neige recouvrait le toit des habitations parisiennes. En ce dimanche matin, la rousse venait de se lever de bonne humeur. Elle avait décidé que pour une fois, elle préparait le petit déjeuner pour sa famille (et surtout pour  un jouer un mauvais tour à son adorable aîné). Quelques graines de courges, des pousses d’épinards et un peu d'avocats, les pancakes made in Romanov-Rousseau étaient enfin prêts ! Surtout avec le petit sort qu'elle avait rajouté à sa préparation rendant les cheveux du Kéké d'un magnifique vert fluorescent ! Décidément cette journée ne pouvait qu'être parfaite. C'est avec un petit sourire malicieux qu'elle attendait attablé à la table de la cuisine la petite frimousse de son frère. Il ne lui tardait qu'une chose c'est qu'il se rende compte de son petit tour. Mais, la petite Oksie était loin de se douter que la journée aller se gâter. De loin, elle pouvait entendre les bruits de pas de la danseuse d'étoile. Et elle frémissait d'impatience de voir la fraise se transformer en magnifique sapin de Yule !

Aujourd'hui, la maman Romanov était partie faire le marché en quête de BIO et de produits frais pour ses préparations douteuses laissant la maison aux deux monstres. Oksana la libellule s'impatientait de ne pas voir le museau de son frère, et c'est avec chagrin qu'elle voyait ses pancakes refroidir. Prenant un verre de lait au soja et une assiette de pancakes, la cadette partit en direction de la chambre de son frère. Elle donna un coup de pied dans la porte pour signaler sans présence. Mais en entendant aucune réponse ou même un grognement, la rousse ouvrit la porte curieuse de voir ce que pouvait bien faire fraisie.

« Bonjour, Olek ! J'ai fais des pancakes, tu en veux ? » s'exclama un peu trop joyeusement la frangine et s'en prendre garde à la réponse de l'autre elle posa l'assiette sur le bureau ainsi que le verre. Elle s'assit sur le lit de rouquin et d'un coup de hanche, Oksana prit ses aises sur le matelas. Voyant qu'elle n'avait aucune réponse venant de l'autre, elle jeta un coup d'oeil sur le morceau de papier qu'il tenait entre ses doigts. Sa vue vacilla, et son pouls augmenta considérablement en voyant les mêmes mots répétés. « Oksana, je te déteste ». « Olek ? » demanda presque timidement la jeune étudiante, son corps était tendu et son esprit était en plein régime essayant de trouver une explication logique.  
Codage par Emi Burton
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Famille Merlinois
Messages : 153
Baguettes en sucre : 16
Date d'inscription : 14/01/2017
❖ ❖ ❖ ❖
MessageRe: Des assiettes qui volent et des torchons dans la gueule ! [FT OLEK] | Mar 12 Déc - 22:38


 

Assiettes qui volent, sœurs qui violent

FT. L'AUTRUCHE

« Maman m'a dit que j'aurais une petite soeur, et qu'elle sera plus importante encore à mes yeux que ma propre personne, je décide aujourd'hui d'avouer que ce n'est pas vrai ; Oks, je te déteste. Avec toi, je deviens une meilleure et pire personne que ce que je suis, tu me fais pleurer, peu rigoler. Je te déteste, pour m'avoir fait changer. »

Le garçon scruta sa lettre quelques instants. Ce n'était pas vraiment une lettre. Quelques mots étaient vaguement griffonnés dans une écriture illisible sur un vieux papier toilette qu'il avait probablement gardé en souvenir. « Jusqu'à maintenant » pensa Oleksander Romanov en le lançant du côté de la poubelle. Il rata sa cible de la même manière qu'il lui semblait avoir raté sa vie. Assis sur le rebord de la fenêtre, le jeune homme arrachait lentement tous les souvenirs qu'il avait bien pu accrocher avant d'en faire des avions en papier. Parce que c'était ça, sa vie. C'était une blague. Olek était une blague. Il arracha un dessin représentant une gamine rousse et un petit blond avec une sucette plus grosse qu'elle ne pourrait jamais l'être. Il le retourna, et sans plus de cérémonie, recommença à écrire.

« Je te déteste, tu le sais ça ? Depuis le premier jour où je t'ai vu, dans mon berceau que j'avais été assez gentil pour te donner. J'ai tout de suite su que nous n'allions jamais nous entendre, et pourtant j'avais fait des efforts. Je t'avais offert une superbe figure, ma préférée, et toi tu l'as cassée. Et quand même, j'avais décidé de te pardonner. J'étais trop clément ou trop naïf, et tu étais trop bête. On est comme deux mouches en plein accouplement sur la lunette des toilettes. On se déteste. Je me déteste. Oksana, je te déteste. »

Raté. Olek était autant un raté que cette lettre. Il déchira le papier, en fit des lambeaux. Comme tout ce qu'il avait toujours fait dans sa vie. Il la détestait, et il se détestait. Et à ce moment précis, il détestait sa lettre. Le druide essaya de toutes ses forces d'envoyer les morceaux décomposés dans la poubelle, faillit s'étouffer avec un, frappa dans un mur, ne put contenir les larmes. Recroquevillé sur lui-même, sa tête dans ses genoux. Il détestait les genoux de sa soeur. Toujours pleins de bleus. Même pas beaux. Lui non plus n'était pas beau, avec son poing bleu, ses yeux rouges et son coeur de pierre. Le dernier année relâcha son corps et laissa sa tête tomber contre la vitre. Aïe. Mais la peine dûe au choc n'était que peu comparable à ses terribles migraines qui l'empêchaient de dormir. Et pourtant, dans cette position, il se serait laissé glisser dans les bras de Morphée... Jusqu'à ce qu'il se prenne la poignée dans l'oeil, lui donnant une excuse pour passer sa journée à pleurer en écoutant des chanteurs à l'eau de rose déverser leurs plus grandes faiblesses au son de la radio.

Olek ne savait plus qui Oks était, et lui même n'avait aucune idée de qui il pouvait bien être. Il était vide, comme une coquille. Il était une huître. Une vieille huître de Noël de l'an passé. L'adolescent essuya passablement ses yeux, tandis que, s'accroupissant contre le sol qui l'accueillait désormais, il ramassa un des précédents bouts de papier de sa main valide. « Oksana, je te déteste » C'était de sa faute, après tout, et de la sienne de l'avoir laissée venir au monde. Il était peut-être le pire des grands-frères, mais elle n'était pas sa petite soeur. Elle ne l'était plus. Et elle ne l'avait sûrement jamais été.

Il avait tellement perdu. Il n'avait plus rien. Olek ferma le poing sur le petit bout de papier, pensant se blottir ensuite contre le sol et attendre la mort. Quelqu'un entra, il n'y fit même pas attention, concentrant son énergie sur le papier. Peut-être que s'il ne faisait aucun mouvement il cesserait d'exister. Et peut-être que s'il le souhaitait très fort, la terre cesserait de bouger.
L'ukrainien était presque sûr que ses yeux avaient fini de sécher tandis que la chanson qui passait en boucle toute la journée s'arrêtait pour une nouvelle fois. Il n'avait même plus la force de lever le bras. Le pouvait-il encore ? Il lui semblait qu'il se changeait en marbre, qu'il devenait froid pour toujours... Ou était-ce son coeur de glace qui s'exprimait à sa place ? La vie était comme un ascenseur, à ce qu'il paraissait... Alors c'était au sous-sol que le petit homme resterait coincé. A tout jamais. Tout seul, dans le noir, à sa place. Et personne ne viendrait jamais le chercher.
(c) ANAPHORE


♕ eat pussy not animals you damn div ♕
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Famille Titania
Messages : 137
Baguettes en sucre : 10
Date d'inscription : 14/01/2017
Nom de l'avatar : Sophie Turner
DC : Lily, Frannie, Temp'
❖ ❖ ❖ ❖
MessageRe: Des assiettes qui volent et des torchons dans la gueule ! [FT OLEK] | Lun 1 Jan - 21:30




Des assiettes qui volent et des torchons dans la gueule !
On disait souvent que autrui aidait à nous rencontrer, à nous comprendre. Mais autrui pouvait aussi nous détruire. L'amertume dans la bouche la fit grimacer, elle c'était encore mordue la joue jusqu'au sang. L'odeur de chaussettes humides et la demi-obscurité de la pièce, ne poussa pas la jeune femme à ouvrir la fenêtre pour aérer.  Ses yeux ne pouvaient plus détachés ce morceau de papier qui partait en lambeau. Comme son cœur.

La gorge sèche, le ventre noué et les membres tremblotant elle devait ressembler à une folle. Pouvait-elle seulement avoir une pensée cohérente ? Non. Elle se sentait compresser, prise dans un étau de fer. En cette fin de matinée, elle c'était transformée en poupée de cire. Ses lèvres étaient figées, et ses orbites n'arrivaient plus à détachées ce morceau de papier encré. Son frère semblait pas faire à attention à elle. Comme ci, elle n'avait jamais été là. On lui avait souvent rabâcher les oreilles comme quoi, elle ressemblait peu à sa famille surtout maternelle. Pourtant elle avait la même fougue, touffe de cheveux et couleur. Même ainsi, son propre frère qui l'avait vu naître douter de son authenticité. Est-elle seulement voulu ? Elle n'avait jamais vraiment essayé d'en parler avec ses parents. Son père était trop obsédé de son travail et sa mère n'était jamais à la maison. Mais, elle adorait cette famille, sa famille. Mais une grossesse indésirée était si vite arrivée et surtout c'était courant. Le bonheur se forge avec autrui, elle avait forgé le sien sur celui de son frère en dépit du sien.

Pourtant, elle n'arrivait toujours pas à comprendre cette noirceur qui venait d'emparer le rouquin. Dire qu'on la considérait intelligente et qui avait la solution à chaque problème. Aujourd’hui, Oksana était démunie face à ce silence. Elle savait, au fond d'elle. Que derrière cette mer calme se tramait une tempête. Une tempête dévastatrice. Allait-elle seulement être préparer ? Endurcir le coup sans rien dire ? Aujourd'hui Oksana avait arrêté de croire en la logique des choses, du monde et de l'Homme. Son petit monde de bonheur allait être balayer. Détruit. Piétiner. Par la seule personne qui comptait pour elle au monde. Petite, elle avait cru de toutes ses forces que jamais rien ne pourrait l'atteindre que son frère serait là pour elle. Un peu comme un prince charmant qui sauvait sa belle. Sauf qu'elle, elle ne fut jamais la belle mais bien l’horrible sorcière. Son cœur de pierre se brisait plus les minutes passaient.Comment tout cela allait se terminer ? Seul l'avenir nous le dira ou bien une bonne fée clairvoyante dans sa roulotte.  Elle ne disait rien. Elle préférait dorénavant croupir dans le silence de cette pièce morne empestant la colère, la mélancolie et une certaine forme de dépression.   
Codage par Emi Burton
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
❖ ❖ ❖ ❖
MessageRe: Des assiettes qui volent et des torchons dans la gueule ! [FT OLEK] |


Revenir en haut Aller en bas
 
Des assiettes qui volent et des torchons dans la gueule ! [FT OLEK]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Liens inactifs dans Outlook Express
» compteur php dans page générée par e-anim
» Composition de trains dans RRTC 7.0 B1 Gold
» Insertion d'animation dans un php joomla
» [Resolu] Bannière avec lien dans une signature

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
BES-BBS :: Paris :: Quai de Malaquais :: Quartier habitable :: 7] Roumanov-Rousseau-
Sauter vers: